La cour des grands Album

Artist(s): Bigflo & Oli

Cover Art

Bigflo & Oli La cour des grands Cover Art

Tracklist

La cour des grands

length: 4:45

[Intro: Voix off]
Alors les petits ?
Quoi de neuf depuis la dernière fois ?
Vous vous sentez prêts c'est ça ?
Vous n'avez plus... le trac ?

[Couplet 1 : Bigflo]
C'est l'histoire de deux frères, qui écrivent dans leurs chambres
Qui sont tombés dans l'rap par hasard et qui tentent leur chance
Qui sentent les rouages qui s'enclenchent, les anciens rois qui flanchent
Il est grand temps que les temps changent c'est l'moment
Sèche tes larmes et prépare ta lame, viens avec nous
Mets-toi dans l'coup, viens rallumer la flamme
Pour nous c'est plus que du rap, c'est toute notre vie
C'est plus que des fans, c'est toute notre ville
C'est pas une question d'âge, pas une question d'couleur
Pas une question d'race, de poids ou de physique
Mais c'est une question d'âme, c'est une question d'douleur
C'est une question de rage, d'foi et de musique
Et peut-être bien qu'on s'trompe, qu'c'est nous les cons, mais viens on va s'lancer
Et puis si le rap aura pas changé l'monde au moins nous on l'aura changés
P't-être qu'on s'prend pour c'qu'on n'est pas, qu'on n'est pas encore prêts
On est devant la grande porte, a-t-on choisi la bonne clé ?
Balance le beat que j'rappe, que j'claque, que j'frappe, que j'montre qu'on a la dalle
Qu'on en a marre de ces types qui ne disent rien devant le mic'
Qui nous prennent de haut, qui nous rabaissent, qui s'moquent, qui nous mentent
Qui changent de discours selon le produit qu'ils nous vendent
Ils font du rap comme ils pourraient faire du sport
Moi j'fais jamais de sport, car j'passe mon temps à faire du rap
J'veux l'vivre à en crever, Oli m'a dit d'viser très haut
Alors on a taffé, gratté pour des (yeah yeah yo)
Le vent tourne comme la roue
Je n'tends plus la joue, franchement faut qu'j't'avoue
J'ai peur, souvent les gens m'poussent à bout
J'me sens plus jaloux, y'a rien d'plus tabou qu'le cœur
Traverser le miroir, je rêve de les rejoindre
Aide-nous à leur dire qu'on a faim, qu'on est pleins, qu'ils peuvent nous craindre
Nous on n'a pas une vie de voyous, pas une tête de durs
Donc on fera pas rêver les petits bourges en manque d'aventures
Décidément j'ai du mal à me faire à l'idée que la fin déboule, faut que tu saches
J'entends des voix dans mon lit, seul la nuit qui me disent "Biggy nan faut pas que tu lâches"
Je donnerai de mon temps, de ma voix et des milliers de lignes, des millions de phrases
Et puis je les entends qui débitent des conneries à longueur de temps, ils ont pas passé l'âge
Ils font semblant d'pas nous entendre, semblant de pas nous voir
Mais les petits ont grandi dans l'noir, on vient prendre le pouvoir
Depuis longtemps, on attend, chaque jour on apprend
On veut rentrer dans la cour des grands

[Interlude]
La cour des grands, c'est ça...
Mais pour qui vous vous prenez ?
Vous n'avez encore rien fait, rien accompli
Et toi Oli, tu as quelques chose à leur dire ?

[Couplet 2 : Oli]
Le soleil va s'lever, ici tout est plus calme
Dans mon cocon familial, loin des paillettes de la capitale
La même chambre d'enfant, sans rideau ni coulisses
Les posters nous observent et reflètent nos fous rires
Venez on rappe la vraie vie, et tout c'qui nous ressemble
J'vais l'crier fort pour ceux qui sont partis qu'ils puissent aussi m'entendre
Fini de faire les cons, prenez ce son comme un attentat
On m'dit "a__ure, hein, fais du bon, ça fait trop longtemps qu'on attend ça"
Des heures pour une photo, des lettres qu'ils n'ont pas lues
J'étais comme un visiteur de musée qui parlait aux statues
Fan de rap, devant la glace j'ai chialé trop d'textes
Donc venez débrancher mon micro si un jour j'prends la grosse tête
Et j'y crois, comme un fou qu'attend l'retour d'sa femme
J'ai pas l'choix, on va l'faire au moins pour les deux-trois fans
La chance on va la prendre, tu vas entendre nos voix
Ceux qui n'ont pas donné d'coup d'pouce vont s'en mordre les doigts
Demain c'est nous, la barre est haute qui peut la décrocher ?
Sur un tas de projets, on va tous les faucher
Avec ou sans trophée, la vie on va croquer
Ça fait trop longtemps qu'on veut l'faire
Car cet album sera la trace de notre passage sur Terre
Ils seraient capables de nous vendre du silence
Une salle vide face à un grand pianiste, un zénith plein pour un rappeur qui ment
Les graines de stars se plantent, le succès n'est qu'illusoire
Car même en haut d'l'affiche il faut redescendre pour la voir
On a besoin de vous, c'est le départ d'une nouvelle ère, la plupart de nos pas, on les fait entre frères
On peut pas s'planter y'aura jamais de plan B, faut r'monter la pente après, sinon, on va s'planter
Depuis tout petits la musique nous suit, on a faim tiens toi bien on va changer les règles
Monte le son dans ton casque ils entendent que mon rap on veut lire notre rêve sur le bord de tes lèvres
À deux, on est plus forts et avec vous, plus encore
On est parés, on va jeter un pavé dans l'eau qui dort
Depuis longtemps, on attend, chaque jour on apprend
On veut rentrer dans la cour des grands

[Outro]
Mais le chemin sera long
Et il reste encore beaucoup de marches à gravir
Bonne chance
Quant à nous, on se reverra c'est sûr

C'est qui ces deux-là?

Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit
Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
Mais t'en redemandes encore

Yo moi c'est Bigflo, hello amigo
J'fais que du lourd pourtant j'fais moins d'cinquante kilos
Oli toujours avec moi j'm'en sers comme d'une amulette
J'fous le feu en concert, j'suis taillé comme une allumette
Laissez-moi croire que je pèse
Laissez-moi croire que j'suis rentré dans l'game
Merde, la concurrence passe son temps à soulever des haltères
Mais facile de jouer les soldats quand il n'y a pas de guerre
Bang bang, je prends le mic' et je kicke
D'un coup je les vois qui deviennent dinguent
Pas de copine, pas de style
Y'a des mois que je porte les mêmes fringues
J'vois qu't'es un peu sceptique
Même quand j'suis sorti de ma mère elle a crié "mais c'est qui?"
C'est qui, ouais c'est qui c'est Biggy
Biggy balance un beat, un Bic et j'kicke ma vie
Stop le régime, viens goûter mes tablettes
J'suis aussi bon avec les filles qu'un manchot aux fléchettes
Nan nan nan, Biggy dis pas ça
C'est sûrement la weed ou le vide qui t'assaillent
Tu bouges tellement la tête que t'as un torticolis
Panique pas, respire, c'est que Bigflo & Oli

C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Et tu te demandes encore
C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Mais t'en redemandes encore

C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Et tu te demandes encore
C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Mais t'en redemandes encore

Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit
Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit

Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit
Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit

Moi c'est O.L.I, on m'dit que j'suis trop gentil
Mais tranquille, moi j'écris et j'reste authentique
J'suis bizarre, j'sais même plus quoi penser
Tellement timide que ma voisine se demande si j'parle français
Préviens si, t'en as marre, je parle de moi et j'insiste
Oui j'fais du rap car j'ai pas les couilles d'aller voir un psy
Désolé si j'persiste, y'a qu'la musique qui m'excite
Si ça marche pas au pire, j'ouvre un kebab au Mexique
Lève tes mains en l'air, rebondis comme un trampoline
Pour les asthmatiques, levez bien haut vos Ventoline
C'est la crise, mais j'rêve encore de vendre des disques
J'fais partie de ceux qui aimeront toujours prendre des risques
Enchanté tchin tchin, santé dring dring
"Allô Oli t'es où? Faut vraiment rentrer"
J'ai pas trop confiance en moi, je traîne des pieds par terre
Depuis qu'ma petite cousine m'a battu au bras d'fer
Mais putain faut qu'je réalise que le temps passe vite
Et que dans la ville la plupart des types rêvent de vivre ma vie
Seule la rime m'anime donc faut qu'j'y arrive
Prends deux frères, mets du son, d'la technique et d'la folie
Panique pas, respire, c'est que Bigflo & Oli

C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Et tu te demandes encore
C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Mais t'en redemandes encore

C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Et tu te demandes encore
C'est qui ces deux-là
Eh, c'est qui ces deux-là?
Mais c'est qui ces deux-là?
Mais t'en redemandes encore

Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit
Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit

Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit
Tu dis qu'on n'a pas la gueule de l'emploi
T'as juste à nous donner l'heure et l'endroit

Dans toutes les villes, on ira du Sud au Nord
Et tu te demandes encore
Viens avec nous, viens voir c'qu'il se passe dehors
Mais tu te demandes encore
J'sais pas si tu captes, c'est l'retour du rap
On t'a fait bouger la tête et du coup ouais t'es presque mort
Mais t'en redemandes encore
J'ai la mémoire d'un poisson rouge (ah bon?)
Au fait, j't'ai déjà dit qu'j'avais la mémoire d'un poisson rouge?
J'sais pas si tu captes, c'est l'retour du rap
Mais t'en redemandes encore

Comme d'hab

length: 4:05
Faudrait que j'me bouge mais, de toutes manières, y'a plus d'heure
J'avais rien d'prévu, autant rien faire à plusieurs
Y'a le pote condamné qui sortira en douce
Le pote amoureux qu'on voit plus depuis qu'il est en couple
J'les appelle tous, comme d'hab', on sort en ville, besoin d'air libre
Notre soirée repose sur les épaules du pote qu'a le permis
À cinq dans une voiture pourrie, on s'imagine en Ferrari
On klaxonne des touristes, j'me demande où passer la nuit
Comme d'hab', on veut aller au ciné car l'heure défile
Mais on a raté la séance le temps d'se mettre d'accord sur l'film
Toujours les mêmes tubes à la radio mais tout le monde écoute
Une belle bande de bras cassés mais, au moins, on s'sert les coudes
On est bien sur notre banc, rien faire, c'est épuisant
Comme d'hab', ça part en débat "J'te jure, Michael Jackson est vivant"
Après deux/trois verres, mon pote maigrichon veut s'taper
Il s'pense musclé, comme d'hab', on va devoir l'rattraper
Rentrer en boite? Jamais, pourtant, j'ai mis mes beaux vêtements
Au moins, les morts de rire tirent des gueules d’enterrement
On kiffe notre vie comme ça, promis, on fera notre come back
Pour l'instant, on profite tard en ville entre amis

À toutes nos soirées d'merde (À toutes nos soirées d'merde)
Nos embrouilles, nos galères (Nos embrouilles, nos galères)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')

À toutes nos soirées d'merde (À toutes nos soirées d'merde)
Nos embrouilles, nos galères (Nos embrouilles, nos galères)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')

Comme d'hab' j'sais pas vous, mais moi
Comme d'hab' encore sous les draps
Comme d'hab' on s'en souviendra
Et, si t'es comme moi, à chaque fois, c'est comme ça, c'est

Comme d'hab' j'sais pas vous, mais moi
Comme d'hab' encore sous les draps
Comme d'hab' on s'en souviendra
Et, si t'es comme moi, à chaque fois, c'est comme ça, c'est

Une photo, un polo, je pars en mission
Après un texto, un poto, une proposition
Y'a une soirée chez lui, est-ce que tu viens avec moi?
Rendez-vous à vingt heures, arrivée à vingt-trois
Comme d'hab', j'veux m'caler, j'arrive emballé
Mais j'fais la bise pendant une heure avant d'm'installer
Qu'est-ce que tu deviens depuis le temps ? On exagère sa vie, on ment
Le temps passe vite, c'est affolant, t'as pas changé, t'es comme avant
On réserve les chambres comme dans un hôtel
La grosse du fond d'la classe est devenue top model
Personne se lance, plus d'alcool que d'ambiance
Comme d'hab', aucun mec sur la piste de danse
Pas d'accord pour la musique ? Va voir le responsable
Y'a la piscine qu'on m'avait promis mais, bon, elle est gonflable
Comme d'hab', les filles vont aux toilettes par paquets d'douze
Comme d'hab', les plus bonnes sont déjà en couple
Y'a plus de bus, le métro est fermé, toutes les voitures sont déjà au complet
Putain, le taxi, c'est vraiment pas donné "T'as pas une trottinette ?"
En partant, j'vois un type qui vomi, étalé par terre
Il me dit " Vas-y, Bigflo, fais-moi un petit rap, frère"

À toutes nos soirées d'merde (À toutes nos soirées d'merde)
Nos embrouilles, nos galères (Nos embrouilles, nos galères)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')

À toutes nos soirées d'merde (À toutes nos soirées d'merde)
Nos embrouilles, nos galères (Nos embrouilles, nos galères)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')

Comme d'hab' j'sais pas vous, mais moi
Comme d'hab' encore sous les draps
Comme d'hab' on s'en souviendra
Et, si t'es comme moi, à chaque fois, c'est comme ça, c'est

Tu m'avais dit cent, on est cinq (Comme d'hab')
Personne n'a pris les enceintes? (Comme d'hab')
On s'fait des pâtes? Franchement, j'ai faim. (Comme d'hab')
Y'a Momo qui se sent pas bien (Comme d'hab')
Poto, montre la paire de seins (Comme d'hab')
La fête est naze, mais lui dis rien, hein (Comme d'hab')
Viens, on fait fumer le chien (Comme d'hab')
Hé, les gars, on fait un Scrabble? Heu

À toutes nos soirées d'merde (Y'aura du vomi, pas d'meuf)
Nos embrouilles, nos galères (Que des 'thos-my', pas d'teuf)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')
À toutes nos soirées de merde (Ca s'passe pas comme dans les films)
Nos embrouilles, nos galères (On finit dans la piscine)
Si on devait tout refaire, on ferait la même (On ferait la même, c'est sûr)
Comme d'hab' (Comme d'hab') comme d'hab' (Comme d'hab')
Comme d'hab'

Le bouchon

length: 4:39
[Intro : La radio]
Bienvenue à ceux qui viennent de nous rejoindre sur radio trafic, je vous rappelle l'information principale en ce bel après midi, un bouchon record à lieu en ce moment même sur la .... Certaines personne y sont bloquées depuis trois heures. Une grande pensée donc à nos auditeurs à l'intérieur, je vous rappelle les consignes de sécurité : restez bien dans vos voitures, n'ouvrez pas les portières, armez-vous de patience et surtout n'oubliez...

[Couplet 1 : Oli]
Il coupe sec la radio, il n'a pas dormi de la nuit
À l'arrière on se moque de lui, ça fait pas longtemps qu'il conduit
Mais rentrer de boîte en caisse, c'est toujours mieux que prendre le bus
En matant dans le rétro, il aperçoit une belle voiture de luxe

[Couplet 2 : Bigflo]
Il en est fier de sa voiture, personne ne l'a encore rayée
Il en est fou, elle le rassure, mais il ne l'a pas encore payée
Elle séduit les crédules, lui rembourse le crédit
Mais vaut mieux ça, qu'une caisse pourrie comme celle à côté de lui

[Couplet 3 : Oli]
Y'a celle qui vit dedans, elle est chez elle donc elle a tout son temps
Une grande couette dans le coffre et toute sa vie dans la boîte à gants
Elle a perdu son appart', lui reste juste sa Clio
Sa vie en feux de détresse, mais personne ne remarque ses cligno'

[Couplet 4 : Biglo]
Un jeune homme se sent très mal sur cette route bouchée
Car sa femme l'attend à l'hôpital, elle est en train d'accoucher
Son téléphone sonne, il décroche et son visage s'éclaire
Le jeune homme est devenu père

[Couplet 5 : Oli]
Sur la route toute l'année, les bouchons il les affronte par millions
À Noël, son sapin jaune décore le camion
De Marseille jusqu'à Lyon, de Toulouse jusqu'à Tours
Sa femme elle est là si ça va mal, comme sa roue de secours

[Pont : La radio ]
Restez connecté on vous donne plus d'info sur...

[Refrain : Bigflo & Oli]
Le bouchon, le le le bouchon, on rame, on râle, on rage dans le bouchon
Le le le Bouchon, le le le bouchon, on roule, on tourne, on tousse dans le bouchon
Le le le Bouchon, le le le bouchon, on rit, on crie, on prie dans le bouchon
Le le le Bouchon, le le le bouchon et bien souvent nos vies ressemblent à ce bouchon
Le le le bouchon

[Couplet 6 : Oli]
Elle est plus vielle que sa vielle Ford, mais elle conduit encore
Une photo d'son petit fils, posé sur le tableau d'bord
Elle repense à sa vie, en retouchant sa coiffure
Car elle sait bien que l'corbillard n'est qu'à quelques voitures

[Couplet 7 : Bigflo]
Aller, avance, la vielle putain, pourquoi ça va pas plus vite ?
Comme sa voiture familiale, elle va péter une durite
"Maman on arrive quand ?" Son fils est surexcité
Le p't__ fait des grimaces en fixant la voiture d'à côté

[Couplet 8 : Oli]
Il a bien vu l'gamin, mais rien ne l'fera sourire
Une Renault grise comme son teint, accompagnée d'un soupir
Elle est partie pour un autre homme, une autre conquête
Il sent encore son parfum sur le revêtement d'la banquette

[Couplet 9 : Bigflo]
Il en a marre d'être coincé ici, des kilomètres de ligne
Il est en bout d'file, sourcils froncés, visage bouffi
Il veut retrouver sa télé et son canapé en cuir
Tout ça à cause d'un connard qui ne sait pas conduire

[Refrain]

[Couplet 10 : Biglo & Oli]
À la radio, la vieille entend aux infos qu'une petite fille a été oubliée pendant l'bouchon, dans une station service
Derrière elle, énervée et concentrée, la mère de famille ne se rend pas compte qu'il reste un siège vide à côté de son fils
Le jeune conducteur a encore pris une cuite la veille
Il ne sait pas que le corbillard est plus proche de lui que de la vieille
Le routier fait ses derniers kilomètres, sa dernière semaine, ensuite il part à la retraite, aux côtés de la femme qu'il aime
Sous le siège troué de celle qui a son auto comme lit
Se cache un ticket de loto gagnant, qui va changer sa vie
Le faux riche qui s'ment et qui la dévisage d'un air sûr
Ne se doute pas qu'dans pas longtemps, ils échangeront leurs voitures
L'amoureux déçu qui lit encore et encore sa dernière lettre
Ne sait pas qu'elle est aussi dans l'bouchon et qu'elle regrette
L'homme qui râle contre le connard qui fait d'son aprem' un enfer
Saura plus tard que c'est son frère qui a percuté une barrière
Son enfant pourrait devenir routier
Mère de famille, sans femme, sans emploi
Avoir des chaînes en or ou dormir dehors, seul sans un toit
Mais il y a une chose dont le jeune père est sûr
Le premier cadeau qu'il lui fera sera une p't__e voiture

[Refrain]

Marco

length: 3:49
[Couplet 1: Bigflo]
Musique à fond dans l'mp3, Marco rentre chez lui
Mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'il ne rentre pas aujourd'hui
Il est sorti plus tôt donc il ne veut pas perdre de temps
Regarde ses baskets en marchant, presse le pas au milieu des gens
Il est sept heures et quart, c'est l'heure qu'elle a choisi
Il quitte le trottoir, voit pas le 4x4 derrière lui
Il traverse, la voiture le renverse
Son corps bascule, il n'entend que cette musique qui le berce
Pas vraiment de douleur même si son sang coule
Il voit son corps de dessus au milieu d'la foule
Plus d'poids, il sent qu'il se détache, il voit la ville qui bouge
Dommage de mourir à cause d'un petit homme rouge
Le trajet de c'matin, sa dernière clope, sa première fois
Des paysages, de vagues images, ses meilleurs potes, ses mauvais choix
Petites amies, l'école, l'alcool, les potes, les filles, les billes
Les souvenirs brillent et s'impriment sur ses pupilles
Les sirènes mais le silence, et tous ces gens qui défilent
Avec ses ciseaux, la mort coupe un fil
Marco sent qu'il tombe, mais pourtant il monte
Il tournoie, doucement et s'éloigne de notre monde

[Refrain 1] (×2)
Parc'que la mort nous en a trop pris, si c'est un jeu, elle triche
L'histoire que j'vais vous raconter est si triste
C'est dingue, on quittera tous ce monde un jour et on l'sait bien
Un instant, une seconde et d'un coup tout s'éteint

[Couplet 2: Oli]
Là-haut pas de portail, de nuage, ou de lumière aveuglante
Pas de Dieu, pas d'ange, de tunnel blanc, ni d'grand temple
Rien de tout c'qu'il imagine, le temps fuit sans bruit
Juste le sourire de ceux partis avant lui
Un bonjour à son grand-père, parti pour un cancer
Un accueil chaleureux, juste entre eux, en pleins cieux
Loin des tensions, drôle de destination
Marco est ému, lui qui n'a jamais pris l'avion
Loin des bourses en manque, pas de temps pas d'cigarettes ou d'banques
Pas d'agents, non pas d'argent, de clans, de mitraillettes ou d'tanks
Pas d'Sud, pas d'Nord, pas d'nuls, pas d'forts
Une petite leçon de vie, une grande leçon de mort
La fin sonne comme un nouveau début pour Marco
C'est dingue comme nos vies lui semblent petites vues d'là-haut
Un souvenir d'Amérique, près des tués en Harley
En marchant au loin il reconnaît la voix d'Bob Marley
Il est bien dans ce monde il ne sent plus son corps mais garde son âme entière
Sur l'cadran d'sa montre, les aiguilles tournent à l'envers
Une vieille femme en noir, Marco s'approche "Madame s'il vous plaît"
Mais c'est une autre histoire, attends le troisième couplet

[Refrain 2] (×2)
Parc'que la mort nous en a trop pris, si c'est un jeu, elle triche
L'histoire que j'vais vous raconter n'est pas si triste
Pourquoi craint-on la mort si on croit au Paradis ?
Pourquoi pleure-t-on encore quand un proche est parti ?

[Couplet 3]
-Eh madame qui êtes-vous ?
- Je suis la mort, tu sors d'où ?
- Qu'est-c'qui m'arrive, j'comprends pas ?
- Tais-toi, Marco c'est ça ?
- Ouais c'est moi pourquoi qu'est-c'que j'fais là ? J'venais de m'installer
J'ai pas fait d'mal, j'ai pas eu l'choix, j'ai à peine vingt-et-un balais
Et j'peux pas rester là pitié que quelqu'un m'aide
- C'est plus possible
- On m'attend en bas y'a tellement d'gens qui m'aiment
- Ici aussi
- J'ai pas l'temps, pousse-toi, on m'attend j'suis pressée
Dans une ruelle en bas une femme viens d'se faire agresser
- Pourquoi elle, pourquoi aujourd'hui Tout doit s'arrêter ?
- C'est pas moi qui choisit, j'ai une liste à respecter
- Et où est-ce marqué notre heure, notre chemin ?
- Dans un vieux livre sacré qu'on appelle le destin
Au fait tu te plains mais tu as droit au billet retour
Dis au revoir à ton grand-père nous on s'reverra un jour
- Quoi ?
Marco sent alors des chocs dans sa poitrine
Il est tiré vers le bas, son âme s'illumine
Il revoit sa vie, de sa mort jusqu'à sa naissance
Il descend la voie de son corps à contre-sens
''T'es là ?'' un ami lui murmure a l'oreille
1h30, l'hôpital Marco se réveille

J'attends la vague

length: 4:10
[Couplet unique : Bigflo]
J'attends la vague de la mer de mes larmes
J'attends la vague pour l'instant j'ai le vague à l'âme
Il manigance dans mon dos, prépare des plans en cachette
Un jour tout se paye, rien ne s'achète
Partout je vois de la haine, les relations humaines m'écœurent
J'ai peur des gens que j'aime car je leur ai confié mon cœur
Tout le monde m'entend pourtant personne ne m'écoute
Je rêve de billets verts pourtant ceux qui en ont me dégoûtent
J'ai, le cœur qui pleure, les, yeux qui saignent
Tu m'as fait tellement de mal, ne me dis pas que tu m'aimes
Mon âme sœur, doit être perdue quelque part en Chine
Mais la gloire transformera le vilain petit canard en cygne
Le mic' me console, lui seul me conseille
Qui sont ces personnes qui viennent voir mes concerts
Ces cons voudraient qu'on se taise
Y a plein de choses qui me consternent
Mais y a ma mère qui a le cancer
Donc y a que ça qui me concerne
J'ai peur de l'au-delà, du paranormal
Je prie pour trouver la foi, plutôt paradoxale
Ce soir, la lumière s'éteint sur le cirque
Égoïste, je ne pense qu'à mes disques
Certains disent que, j'ai changé, ils mentent
Je ne suis pas d'ici moi, ma planète me manque
Je repense à toutes ces fois où l'on m'a humilié
Papa ne t'en fait pas ton fils se fait des milliers
Soit un homme Florian, un jour tu seras père
Parfois j'ai honte de traîner avec Peter Pan
Mais j'ai trop peur de le perdre
La vie contre la mort, la religion contre la science
Les étoiles m'ouvrent leurs bras mais puis-je leur faire confiance ?
La vie de rappeur entre les phases et le flow
Mes potes me disent qu'ils ont peur, que le Big écrase le Flo
Je suis un inventeur à moi le concourt Lépine
La vie m'a fait une fleur mais j'ai bien trop peur des épines
Et je rappe pour les ringards, je rappe pour mes frères
Pour les regards discrets qui ont déjà vu l'enfer
Pour ce type un peu paumé, qui, rêve au fond de la classe
Pour cette gamine fragile qui n'aime pas se voir dans la glace
Pour ceux qu'aiment pas trop traîner tard dans les boites ou les bars
Pour ceux qui pleurent le soir, tout seul dans le noir
Parce que si ton bateau coule moi je t'apporte une voile
Parce que j'ai promis à mon frère qu'on toucherait les étoiles
Je suis bling-bling, ouai, ça fait partie de mes fautes
Ils ont fait venir mon grand père en bateau
Donc faut que je reparte en yacht
Et je rêve de la une
Je suis marié à ma plume
Je la trompe avec la lune
Et puis je voudrais y croire, en Dieu
Je vais devoir couper la poire, en deux
Comment veux-tu que j'y vois, sans yeux ?
Mon frère est le même que moi, en mieux
Laisse tomber Flo
Laisse couler l'eau
Emporté par le flot
Je suis le prince d'un château de sable, instable
Les yeux fixés sur la mer, j'attends la vague

Raccroche

length: 3:39
[Intro]
Allo, ouais c'est encore moi, j'sais qu'ça fait quatre fois qu'j't'appelle mais, s'te plaît, réponds. (Arrête, mec !)
Tu m'en veux mais on peut pas s'quitter comme ça, s'te plaît, réponds-moi. (Nan, sérieux, raccroche !)
Faut vraiment qu'on arrange tout ça. (Raccroche, putain !)
Tu me manques

[Couplet 1 : Bigflo]
Je sais qu'tu l'aimes, je sais qu't'es amoureux
Mais je vois plus de larmes que d'étoiles dans tes yeux
Tu me racontes ton histoire et tu pleures des larmes (chut)
La page est trop mouillée donc tourne-la
Elle, oublie-la, la vérité c'est qu'elle m'a jamais plu
Puis merde, pense à notre pote qui en a jamais eu
C'est pas d'ta faute, moi je m'en moque si tu pleures, tu sais
Et j'suis ton pote donc j'ai la colle pour ton cœur brisé
Il faut qu'on s'calme, qu'on s'cale devant la télé
Il faut qu'on s'parle, qu'on s'marre, j'te vois affolé
Non, commence pas, mon gars, tu veux l'appeler
Il faut qu'on parte, qu'on s'barre, faut pas l'harceler
T'es un type super, elle, elle est super conne
Souviens-toi, la fille de l'Hyper, elle était hyper bonne
Arrête tes conneries, bien sûr que non, tu veux pas mourir
Pour t'consoler, moi j'suis tellement pourri que...

[Refrain] (×2)
J'aurais pu t'écrire une ballade
Ça t'aurait rendu malade mais t'aurais chialé encore
J'ai préféré te dire "C'est pas grave"
Te raconter des salades du genre "Les copains d'abord"

[Pont 1 : Oli]
Tu sais, c'est pas la première fois : y'en a eu d'autres, y'en aura d'autres
Ouais, tu sais, c'est pas la première fois : y'en a eu d'autres, y'en aura d'autres
Ouais, tu sais, c'est pas la première fois : y'en a eu d'autres, y'en aura d'autres
Ouais, tu sais, c'est pas la première fois : y'en a eu d'autres, y'en aura d'autres

[Couplet 2 : Oli]
J'ai fait du plus vite que j'pouvais
Gêné, comme tes yeux j'ai rougi, puis allume la lumière
Tu vas t'effondrer comme ta bougie
J'vois qu'tu boudes, y'a encore son odeur sur les draps
J'sais jamais trop quoi dire à part sourire et t'ouvrir mes bras
Puis, viens, on trinque déjà au prochain
Moi j'suis ton grand pote, lui c'était juste un petit copain
Il était moche de toute façon, tu ris quand j'le charrie
Et si tu trouves aucun garçon, dans dix ans on se marie
Arrête de râler, y'a plus grave, viens on crame ses affaires
Tu veux l'numéro d'mon cousin ? Il est célibataire
Non j'déconne, tais-toi, t'es pas grosse et j'le dis toujours
Pour ouvrir les portes du bonheur faut bien des poignées d'amour
Tu t'plains pour rien, regarde, ce soir, là t'es pas seule
Si j'étais plus musclé, pour toi, j'lui aurais cassé la gueule
J'avoue, c'est plus classe dans les films mais j'fais c'que j'peux
T'étais là quand j'étais mal donc, pour que t'ailles mieux...

[Refrain] (×2)

[Pont 2 : Oli ] (×8)
Les copains d'abord

[Pont 1 : Oli]

Le cordon

length: 4:18
[Couplet 1: Oli]
J'aurais pu être un grand artiste, un prix Nobel ou un bandit
Naître dans tes bras, voir dans tes rides à quel point j'ai grandi
Tes battements d'cœur me font imaginer ton sourire
Je vivrai dans ton monde main dans la main avec tes souvenirs
Laisse-moi t'appeler "maman", c'est pas souvent, c'est vrai
Je veux une place au soleil dans ton jardin secret
Pourquoi t'as pas voulu de moi ? Tu dois avoir tes raisons
Y'avait sûrement pas a__ez d'place dans notre petite maison
Sèche tes larmes, j'suis qu'une graine qui n'a pas pris racine
J'me connais pas et, toi, maman, dis-moi comment tu m'imagines
J'étais trop pressé, c'était p't-être trop tôt
À mon souvenir, accroche sur l'mur un cadre sans photo
Décris-moi la vue de ta chambre, chante pour m'réconforter
Parfois, je ris en imaginant le nom que j'aurais porté
La mort, la vie : j'y connais rien, quand j'y pense, je m'y perds
J'le verrai jamais mais, s'te plaît, maman, fais-moi un petit frère
Retiens juste mon amour, profite, va faire un tour
Tu serais peut-être bien plus triste si j'avais vu l'jour
J'aurais p't-être claqué la porte et tout foutu en l'air
Gâcher nos vies en un éclair, d'ailleurs, où est mon père ?
La mer, les fleurs, le soleil, les amis, les anniv' ratés
La tristesse, la peur : je ne connaîtrai jamais
Ça fait quoi d'respirer ? Parle-moi, j'veux pas te voir en pleurs
Tu ne m'as pas gardé dans ton ventre, mais laisse-moi une place dans ton cœur

[Refrain]
Maman, comment c'est, dehors?
L'amour fort que nous nous portons
Je suis ni vivant ni mort
Mais je sens encore le cordon
Mon enfant, tu sais que j't'adore
Et je te demande pardon
Je n'ai ni raison ni tort
Et je sens encore le cordon

[Couplet 2: Bigflo]
D'abord, Maman t'aime, ça, faut qu'tu le saches
Je pense tous les jours à toi en m'regardant dans la glace
Tu me ressemblerais, j'entends ton rire dans mes rêves
Et je ressens un grand vide quand le matin se lève
Mais tu ressemblerais à ton père, ce lâche nous a abandonnés
Faut dire qu'à cette époque, on était tous un peu paumés
Et ça m'a fait d'la peine, son sang coulerait dans tes veines
Et, moi, je l'aimais comme je t'aime
Je suis jeune, j'ai toujours pas une thune
J'ai toujours pas fini mes études, et je suis seule
J'étais pas prête à t'accueillir, j'ai du mal à m'en sortir
Et depuis qu'il n'est plus là, c'est encore pire
Entre les cahiers et les couches, le loyer et les cours
J'me serais noyée dans mes journées, broyée par les coûts
J'ai dû faire un choix, sans toi, au bord de la falaise
J'ai préféré ne pas être mère qu'en être une mauvaise
Je nous vois dans un parc, la boue sur les chaussures les éclaboussures, à avoir peur du temps qui passe
Tu me tiens par la main, tu me parles avec les yeux
Je n'entends plus personne, je ne sens que nous deux
Et j'voulais pas que tu galères, que tu connaisses mes fins de mois
Et puis ton père serait sûrement souvent bien plus absent que toi
On se retrouvera à la prochaine
Je ne t'ai pas donné la vie pour pas tu n'aies pas à vivre la mienne

[Refrain] (x2)
Maman, comment c'est, dehors?
L'amour fort que nous nous portons
Je suis ni vivant ni mort
Mais je sens encore le cordon
Mon enfant, tu sais que j't'adore
Et je te demande pardon
Je n'ai ni raison ni tort
Et je sens encore le cordon

[Outro]
Maman, comment c'est, dehors?
Mon enfant, tu sais que je t'adore
L'amour fort que nous nous portons
Et je te demande pardon
Je suis ni vivant ni mort
Je n'ai ni raison ni tort
Mais je sens encore le cordon
Et je sens encore le cordon
Mais je sens encore le cordon
Et je sens encore le cordon
Mais je sens encore le cordon
Et je sens encore le cordon
Mais je sens encore le cordon
Et je sens encore le cordon
Le cordon...

Aujourd'hui

length: 3:43
[Refrain : Oli]
Aujourd'hui je fais, j'en ai eu trop marre de parler
Aujourd'hui j'essaie de croire que demain sera parfait
Sur la ligne, à vos marques, feu partez
Le temps passe vite donc faut pas trop tarder

[Couplet 1 : Oli]
Aujourd'hui j'ai plus peur
Au bonheur j'ai bien envie d'y croire
Mais c'est qu'un jour de plus
Une date qui changera pas l'histoire
Puisque hier j'ai tout perdu, j'ai insulté le vainqueur
Ce soir je peux gagner au loto, juste après le 20 heure
C'est peut être aujourd'hui que je l'aborde
Même si je devais le faire hier
Ou bien ce soir j'écris le meilleur couplet de toute ma carrière
Je rappelle mes vieux potes, on redevient des gamins
Aujourd'hui je souris à ceux qui ont plus de hier que de demain
J'ai mis de, côté mes coups de blues, la tonne de doutes et de peurs
Aujourd'hui ce qui fera déborder le vase sera un bouquet de fleur
Aujourd'hui j'irai en cours, les yeux fixés sur ma montre
Si j'ai le temps, juste en sortant, j'irai faire le tour du monde
Aujourd'hui je baisse pas la tête, j'efface les cauchemars de la veille
Puis je passerai au cimetière, même sa tombe s'est fait vieille
J'apprendrai la guitare, demain je serai peut-être une star
Si l'amour est à chaque coin de rue, je veux être sur le bon trottoir
Aujourd'hui j'ouvre la fenêtre, j'épargnerai la mouche
Ce soir je remplis un Zénith, les yeux fermés sous la douche
Aujourd'hui j'ai une copine, mon permis et mon bac
Demain j'aurai une fille, une voiture et un taf

[Refrain : Oli] x2

[Couplet 2 : Bigflo]
Aujourd'hui, sera peut-être mon dernier aujourd'hui
Et j'ai tellement de chose à faire avant la nuit
Hier j'étais un gamin, aujourd'hui je le suis encore
Hier j'étais un con, aujourd'hui je ferai des efforts
Aujourd'hui j'arrête de me plaindre sur mes tout petits malheurs
Car y a tellement de gens qui souffrent, mes larmes ont peu de valeurs
Aujourd'hui je parle à ma mère, j'ai trop souvent fait le sourd
Elle s'est occupé de moi hier, demain ça sera mon tour
Demain ça sera notre tour
Avec mes potes on est pas les plus cools, on est pas les plus fous, nous on est pas de ceux qui roulent les épaules
Je parlerai pas d'argent, dans le fond c'est pas ça le problème
La réussite c'est la fierté dans les yeux des gens que l'on aime
Je récupérerai le moral, tout au fond de mes baskets
Le ciel m'est tombé sur la tête, je m'en suis fait une casquette
Je suis seul dans une mer immense sur un petit radeau qui tangue
Qui va de l'avant, et j'ai levé l'ancre
Et souvent j'y pense et tu manques
Mais aujourd'hui je laisserai pas de place à la nostalgie
Car aujourd'hui je regrette hier demain je regretterai aujourd'hui
Et bien sur j'irai voir Oli, pour lui je donnerai tout ce que j'ai
Mais tout ce que j'ai, c'est lui

[Refrain : Oli] x2

Ça coûte rien

length: 3:09
Kebab sans frites pour économiser cinquante centimes
Quoiqu'il arrive t'as toujours un trou dans le jean
Y a pas vraiment le choix, faut que tu deviennes dentiste
Le vestiaire est payant, donc t'es en doudoune sur la piste
T'as pas de thune pour toi, mais t'en a pour tes potes
Pas de fric pour bouffer, mais t'en as pour tes clopes
Les chaussures sont des fausses, pas de marque sur la veste
T'as un trou dans la chaussette, mais c'est la seule qui te reste
L'écran du téléphone est pété, les colos d'été
La famille endettée, tout ce que tu as on t'l'a prêté
T'es le pro des emprunts et de la location
Bien sur qu'on y va en caisse, t'as vu le prix de l'avion?
Y a pas longtemps t'as découvert le découvert
Merde, tu portes les vieux habits du grand frère
Tout est précieux, rien n'est à jeter
Des heures à la Fnac entre potes même si tu peux rien acheter

J'ai pas grand chose dans les poches à part mes mains, mais
C'est déjà bien j'ai de quoi écrire des refrains
Et pour mes proches, on verra bien demain
Le soleil, une paire de potes, ça coûte rien
J'ai pas grand chose dans les poches à part mes mains, mais
C'est déjà bien j'ai de quoi écrire des refrains
Et pour mes proches, on verra bien demain
Le soleil, une paire de potes, ça coûte rien

T'as perdu ton maillot, tu te baignes en caleçon
Illusion, ton père ajoute de l'eau dans la boisson
Les promos pourries, les lotos ratés qu'on entasse
Tu prends un verre d'eau gratuit juste pour traîner en terrasse
"Ça sera tout?" "Oui Madame, de tout manière j'ai plus rien"
Plus de crédit donc je gratte un appel et j'reviens
En boîte aux chiottes tu bois, non t'as pas soif mais t'anticipes
Ton gel douche douche 3 en 1, corps, shampoing et dentifrice
Se coller derrière une vieille, frauder le métro
Plus d'essence, tu roules dans le rouge, un élastique de merde tient ton rétro
Les larmes aux yeux si tu trouves un euro par terre
J'dois beaucoup à mes potes, dans les deux sens du terme
Les yaourts sans goût, tomber en panne sur la route
Jouer au basket sans panier avec un ballon de foot
Payer en centimes, rêver des vacances sur un banc
Dans nos dix mètres carrés on voit toujours les choses en grand

J'ai pas grand chose dans les poches à part mes mains, mais
C'est déjà bien j'ai de quoi écrire des refrains
Et pour mes proches, on verra bien demain
Le soleil une paire de potes, ça coûte rien
J'ai pas grand chose dans les poches à part mes mains, mais
C'est déjà bien j'ai de quoi écrire des refrains
Et pour mes proches, on verra bien demain
Le soleil une paire de potes, ça coûte rien

Pas grand chose dans nos caisses caisses caisses caisses, vrai
C'est là que les galères naissent naissent naissent naissent et
Sans cesse ils nous rabaissent-baissent-baissent-baissent mais
Les écoute pas non laisse laisse laisse laisse les
Pas grand chose dans nos caisses caisses caisses caisses, vrai
C'est là que les galères naissent naissent naissent naissent et
Sans cesse ils nous rabaissent-baissent-baissent-baissent mais
Les écoute pas non laisse laisse laisse laisse les

Ça coûte rien, ça coûte rien, ça coûte rien, ça coûte rien
Ça coûte rien, ça coûte rien, ça coûte rien, ça coûte rien

J'ai pas grand chose dans les poches à part mes mains, mais
C'est déjà bien j'ai de quoi écrire des refrains
Et pour mes proches, on verra bien demain
Le soleil une paire de potes, ça coûte rien
Ça coûte rien
Bigflo, Oli
D'ailleurs flo, tu me dois un euro
Haha haha

Le bijoutier

length: 4:07
Une fin de journée comme les autres, je compte la caisse et la ferme à clé
Prudent, vingt ans de métier déjà deux fois braqué
Bijoutier de l'or entre les doigts c'est ma routine
J'm'y attendais pas si tard, un scooter se gare devant la vitrine
C'est même pas mon scooter j'ai du l'emprunter à un ami
De toute façon j'ai même pas la thune pour passer mon permis
J'me gare devant la boutique c'est pas ma première fois
Mais c'est la première fois que j'ai un flingue entre les doigts
Donc je stresse
Allo chérie je part bientôt, j'espère que tu as bien mis la table
Un texto à ma copine ce soir je te ramène une bague
Une partie de la silhouette cachée par les volets de la fenêtre
J'suis prêt j'enfile mes gants mon collant sur la tête
Je rentre
Il entre
-"Excusez moi monsieur on est fermé"
J'me bloque, il est armé, je l'vois sortir un glock
-"Au sol, j'vais te canner vide la caisse et tes poches"
Dire que ma mère me croyait en entretien d'embauche
J'ai peur
J'ai peur
Et lui aussi quand j'y pense, il a pas l'habitude pas l'attitude, il a la main qui tremble
-"Prenez ce que vous voulez de l'argent, de l'or, mais s'il vous plait faites vite"
-"Ferme la"
Si il savait que le chargeur est vide
"J'vais te tuer"Est ce que la faim m'a transformé en monstre?
Habitué j'lui montre du doigt l'endroit où sont cachées les montres
C'est l'heure faut pas qu'j'me dégonfle, pas qu'il m'dénonce les flics me rateront pas
Alors j'combats mes démons, j'casse et j'démonte j'peux plus rompre le contrat
J'suis désolé au fond mais bon on a tous nos problèmes
Si c'est pour sauver ma famille j'suis prêt à sacrifier la sienne
Pour me sortir de mes sales draps j'ai pas le choix j'ai besoin d'une grosse somme
Je supporte pas qu'on m'ordonne et au fond y'a pas mort d'homme
Ça fait deux fois qu'on vient me voler
Chaque fois on râle mais on bouge pas
L'avenir de ce qui se lève tôt est gâché par tous ceux qui se couchent tard
Moi je lui veux pas du mal, bien sur tout ça c'est pour la thune
J'en ai eu marre de traîner tard le soir éclairé par la lune
On a tabassé le gars du bar tabac pas plus tard qu'hier
Il veut des sous, qu'il enlève sa cagoule, j'recherche un stagiaire
J'vais pas encore me laisser faire, le laisser filer merci bonsoir
Là j'pète mon fusible pensant au fusil derrière le comptoir
Bientôt la fin de l'histoire, j'remplis le sac, j'remplis ma tête de rêves
A deux doigts du tiroir
-"Arrête de bouger où j'te crève"
Je sors
Alors c'est tout il va s'en sortir comme ça
J'y suis presque
Avec la moitié de ma vie au fond de son sac
C'était si simple, enfin la fin de la faim j'y croyait plus
Je prend mon arme, la charge et je sors dans la rue
Le scooter peine à démarrer, pas grave je m'en payerais un bientôt
La vengeance m'ouvre ses bras à l'instant où il me tourne le dos
Cette fois c'est trop salaud, j'lève le bras et vise
Est-ce qu'il le faut? Pas de cadeau, j'prépare mon doigt j'hésite
J'vais acheter un chien à ma cousine, une voiture à ma femme
J'mettrais bien même ma voisine, et tout le quartier en voyage
De nouveaux paysages, finie la galère, un collier à ma mère un gros chèque à mon frère, des tas de...
(Coup de feu et chute du scooter)
J'le vois tomber de son scooter, j'vois mon reflet dans la vitrine
Une balle deux hommes, mais qui est la victime?

Nous aussi

[Oli]
Le rap est dans un sale état ; nous tester : fallait pas
Si t'es pas calmé, gars, j'vais te cramer, t'écraser grave
Dix-huit balais : v'là l'écart ; au départ, sur mon âge, tu rageais
Mais c'est bizarre, dès que j'rappe, la plupart ferment leur clapet car
J'ai les mille et un flows, dans ma caverne, j'suis Oli Baba, gros
Au cro-mi, j'blague pas, pas pour les bâtards, j'kiffais les appâtés
Dans la rue, on t'aborde, toutes les filles t'adorent, c'est fort
T'es disque d'or mais tu sais pas rapper
Ajoute "Wood" à "Oli", tu t'retrouves au cinéma
Bigflo me dit : "Calme-toi, frappe pas les faibles"
Les MC sont nazes, oui, le combat est inégal
Donc, si on kick ça à chaque fois, y'aura défaite
On m'raconte qu'en ville ils ne parlent que de gun
Ça boit, ça fume, ça dit : "Wesh ma gueule"
Les gens réclament nos plumes car y'en a aucune valable
Depuis l'époque d'IAM ou de Michael
Oli, à table ! Oui maman
Mais gueule pas trop fort, on va t'entendre sur l'disque
Euh... Merde, ça enregistre ? Ouais... Tant pis
J'a__ume ma vie un peu pourrie de pauvre type gentil
On verra dans dix ans si ces faux bandits
Auront grandit ; quand la vie et le temps
Tirent sur les rides, c'est flippant, fini le s___
Le frigo vide et le caddie, faut remplir le ventre des p't__s
Oli, calme toi là...
Trop tard, j'suis déjà reparti, j'te jure, la vie va trop vite
Alors on s'en fiche de tes clips et de tes b____s
Qui dansent collées à ta Ferrari
Pourquoi tu mens, Oli ? T'es comme tous les ados
Tu rêves de bif et même d'avoir de beaux abdos
J'suis un peu fou, personne n'a idée
Le matin, j'dois réveiller toutes mes personnalités
Entre les intellos et les profs
Les parisiens bobos et les beaufs
J'sais plus trop quoi faire, d'une planète originaire
J'vis à des années lumières, désolé, c'est l'décalage horaire
Ma bouche est un flingue, j'appuie sur la détente
Oli monte d'un cran, t'as vu le top 50 ?
Et tous mes potes d'enfance qui font du hip-hop d'antan
Mais, dans leur pauvre iPod, j'entends que de la pop dansante
Oui, j'ai le rap dans l'sang ; mais ils sont d'où ?
C'est marrant, ils vont vite mais on comprend tout
Merci madame, faudra s'y habituer
Même si, en France, les rappeurs ne savent pas articuler
Putain, mais dis quelque chose
Trouve-toi un orthophoniste, un vrai travail ou une cause
Oli, pourquoi tu parles mal des autres ? Toi aussi, tu fais des fautes
Oui, j'ai peur du noir et, quand j'suis seul, des fois
J'chante des chansons pourries en faisant la vaisselle
Par contre, derrière le mic, qui peut me teste, dis-moi ?
Car depuis des mois j'attends toujours qu'un artiste essaye
Et à propos d'la maille ? J'préfère la foule
Trop de types devenus fous au départ étaient millionnaires
Et à propos d'tes fans ? On vient du futur
Donc ils sont tous visionnaires

[Oli]
De notre planète on arrive, mais le public n'est pas prêt
Euh... Tu chantes ?
Depuis l'an 2000, les types ne savent plus rapper
Oli... ?
Les fans nous réclament, guettent le moindre signe de vie
C'est super
C'est Bigflo & Oli, on vient combler le vide

Parler de..., parler de... nous aussi, on peut l'faire
Montrer les..., parler des... nous aussi, on peut l'faire
Parler de..., parler de... nous aussi, on peut l'faire
Mais on préfère quitter la Terre, on se casse
Viens avec nous, il reste de la place

[Bigflo]

Je suis venu pour t'humilier, te ridiculiser
Te mutiler, t'es pas immunisé, petit illuminé
J'vais t'éliminer, les rimes illimitées, t'es pas habilité
Vu ta débilité de gros naze
Tu vois comme c'est facile de rapper vite ?
Donc tu peux supprimer quelques MC de ta playlist
Ecouter ces merdes toute la journée, c'est pénible
Dire que, pour la plupart, ils font la tournée des Zéniths
Mais, Flo, t'as acheté une place... Je sais...
Faut qu't'arrêtes, tu parles mal J'essaie...
Mais j'clash ceux dont je suis fan, c'est comme ça
Comme d'hab' dans ma vie, dans ma peau, je suis mal
Car, être humain, c'est humiliant
Sur ma planète, bin, j'avais déjà mille ans (Mille ans ?)
Mille ans, donc comprends que
Je vous trouve tous si lents... Silence ! Quoi ?
Flo, ferme ta gueule ! Frère...
Non, sérieux, tu parles seul ! Merde
Normal qu'on me trouvait bizarre dans la cour de récré
Personne ne rappe plus vite que nous, poto, tu peux chronométrer
Ils veulent des gros flingues, des beaux seins, des gros poings
Des copains, des pots-de-vin, des potins
Mais j'en ai pas, j'te le dis franchement, poto
Tout ça m'dépasse, et les filles veulent des :
"T'es la femme de ma life
T'es la flamme de ma vie..."
Ça me désole de voir des connes qui quittent l'école
Pour faire les folles, rendre leur vie molle, se piquent, s'envolent
La fuite, la drogue, les flics, la c__e, qu'écoutent d'la daube
Et changent de potes, échangent de clopes... Tout ça pour finir enceinte sur un parking
Biggie ! Mais, en attendant, tu chantes pas ! Je sais...
Faut qu't'arrêtes d'être comme ça ! J'essaie...
On verra bien demain
Chez Universal, ça se frotte les mains
J'ai des tas de carcasses de rats dans mon 4x4
Écarte et gratte toi, tu finis à quatre pattes
T'es Cartman car je te découpe en quatre quarts
Attaque, la balle part et te fracasse
Ah ouais... Le mec kick grave
Facile d'être le meilleur dans ce rap de naze
J'en ai encore dans l'sac, ouais, j'ai des tas de phases
Des comme Oli et Biggie, j'en vois pas des masses
J'suis précoce dans l'rap, c'est la même au lit
Elle est vierge extra, comme l'huile d'olive
Haha... Nan... Désolé Oli
Ne pas faire de rimes faciles, on se l'était promis
Bien sûr, ça fout les boules, ça dégoûte, ça les saoule
Mais c'est cool, on déboule de Toulouse, et ils sont pas prêts
T'es un mouton, pas un loup, pourquoi tu l'ouvres ?
C'est douloureux, c'est du lourd, oups, c'est la fin du couplet

[Bigflo]
De notre planète, on arrive, mais le public n'est pas prêt
Euh... Tu chantes ?
Depuis l'an 2000, les types ne savent plus rapper
Tu vois, toi aussi
Les fans nous réclament, guettent le moindre signe de vie
C'est super
C'est Bigflo & Oli, on vient combler le vide

(x2)
Parler de..., parler de... nous aussi, on peut l'faire
Montrer les..., parler des... nous aussi, on peut l'faire
Parler de..., parler de... nous aussi, on peut l'faire
Mais on préfère quitter la Terre, on se casse
Viens avec nous, il reste de la place

Vous êtes priés d'envoyer ce CD à tout le rap français
Dites-leur de retourner au taf...
Oli ?
Ouais ?
J'crois que c'est vraiment pas fait pour nous ici
On rentre ?

Nik ta mère

length: 5:01
Je les vois dealer devant l'école, filer et faire les cons
Brûler des bagnoles, fumer du chichon
Enfin tout ça, j'l'ai vu à la télé
J'les évite en ville apparemment ces gars sont fêlés
Aucun respect pour les profs, ça s'moque du monde entier
Quand ils ont leur diplôme, ça finit en taule ou sur les chantiers
La main crispée sur le portable, quand je prends le métro
Quand une voiture dérape, c'est toujours eux dans le rétro
Des journées sur des bancs, car ils sont tous au chômage
En écoutant du rap, leur musique de sauvage
Ça traîne et traite les flics, aime puis frappe les filles
Ne freinent jamais devant le défi, en garde-à-vue ces mecs défilent
Basket, survêt' et casquette à l'envers
Ils font tout de travers, leurs revolvers remplissent les faits divers
Ils errent, et c'est les gangsters qu'ils vénèrent
Hier sur mon mur ils ont écrit en clair

Nik ta mère
Ils ont écrit
Nik ta mère
Ouais ils m'ont écrit
Nik ta mère
Mais moi je peux rien dire, non moi je peux rien faire
Pourtant ils ont écrit
Nik ta mère
Ouais ils m'ont écrit
Nik ta mère
Je te jure ils ont écrit
Nik ta mère
Mais moi je peux rien dire, comme d'hab' je dois me taire, c'est ça?

Déjà le lieu: une cité où les rêves se brisent plus vite que les vitres
L'ennui fait que l'avenir s’effrite plus vite que le ****
Un triste domicile à une heure du centre ville
Du béton, du béton, du béton, du béton
Maman ne parle pas trop français, ils sont seuls en classe
Trop chers les cours particuliers voilà pourquoi ils se ramassent
Voilà pourquoi ils écoutent moins la prof' que leurs écouteurs
Les punitions attisent la haine, alors ça sort les cutters
Voilà pourquoi pour se calmer ils prennent un peu d'herbe
Un peu d'air, mais l'air est pollué ça sent la mort et la guerre
Dans la rue, les grands frères roulent en BMW
Qui ne se sentirait pas attiré par l'odeur du billet?
Voila pourquoi ils deviennent dealer, que ça commence à foirer
Parce que vos fils cherchent toujours de la beuh pour leurs petites soirées
Ouais à l'école tout est bon, la maman croit le fiston
Mais lui ramasse les biftons, mec, c'est dur sans piston
Malgré tout ça la plupart gardent la tête froide, tiennent le cap
Bosse, décroche le diplôme et cherche du taff
Ce que le patron lit dans les journaux, l'aide à faire le tri
Donc c'est un qui fait une connerie, pour mille qui en payent le prix
Voila pourquoi chômage, voila pourquoi ils abandonnent
Putain c'est trop dommage, on les traite pas en tant qu'hommes
Contrôle musclé à longueur de journée par les mêmes agents
Qui les ont vu grandir, parfois mêmes plus que leurs propres parents
Alors ils en peuvent plus, un crachat, une insulte perdue
Les flics n'attendent que ça, voilà pourquoi garde à vue
Dans la cellule couché, la vie a un goût amer
Il trouve un crayon par-terre, voilà pourquoi, voilà pourquoi

Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
C'est tout c'qu'il reste à dire, c'est tout c'qu'il reste à faire (frère)
Egalité, fraternité on n'y voit que des larmes
Allons enfants, aux armes
Beaucoup de haine, beaucoup de peine, un peu d'peur
La France n'a pas de couleur

Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
C'est tout c'qu'il reste à dire, c'est tout c'qu'il reste à faire (frère)
Egalité, fraternité on n'y voit que des larmes
Allons enfants, aux armes
Beaucoup de haine, beaucoup de peine, un peu d'peur
La France n'a pas de couleur

Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
Voila pourquoi
Nik ta mère
C'est tout c'qu'il reste à dire, c'est tout c'qu'il reste à faire (frère)
Egalité, fraternité on n'y voit que des larmes
Allons enfants, aux armes

Le philosophe sans la barbe

length: 4:02
Oli, dans ma voix
Dans ma voix

Dans ma voix, il y a celle de ma voisine
Celle du petit que je vois le matin
Il y a l'accent de ma ville, il y a la voix timide de moi gamin
Le chuchotement de la faucheuse et de ceux qui croisent mon chemin
Sous un saule pleureur, arrosé par un canal de larmes
Comme toi j'ai peur, donc sers toi, voilà un peu d'mon âme
Je rime, mais je ris rarement, je sais qu'j'ai tort
Je sais pas ce qui me lie avec mon frère, mais je sais qu'c'est fort
Rusé, j'ai fait le mort, pour voir qui sont les vautours
Dans la fusée j'ai le spleen d'un astronaute sur le chemin retour
Tous les jours c'est carnaval, je ne vois que des gens, déguisés
C'est marrant quand t'as du blé, t'habites aux champs, Elysées
Je combat la déprime mais c'est un match trafiqué
Elle m'a eu comme ce moustique que t'écrase mais qui t'a déjà piqué
Le fruit du travail, c'est boire du vin devant sa vigne
Mes phrases m'amènent au bout du monde, donc je suis pilote de ligne
L'avenir est un long fleuve tranquille, l'amour une rivière
Je me sens plus en vie, qu'un enfant l'est dans un cimetière
J'accepte mes erreurs, même les génies ça se trompe
Je veux faire de la trompette sur la lune comme Neil et Louis Armstrong
Ma mère m'épaule, je vois le reflet de mon père dans son sourire
Promis, bientôt c'est fini, le patron, le stress, les soupirs
Flashback et souvenir, mes premiers freestyles
L'avenir me rend fou donc je dis que je perds la boule de cristal
Le taf, faut que tu traces, fait gaffe, l'argent t'efface
Indifférent comme un aveugle aux porte de Las Vegas
Je me méfie des hommes, j'ai compris qu'ils partaient en vrille
Depuis qu'ils ont coincé la statue de la liberté sur une île
Fils du 21ème siècle, je crois bien que la bêtise m'a eu
Je suis ce poète seul dans l'cercle regrettant les disparus
Le temps me file entre les doigts, on m'l'a répété 100 fois
Assis à l'arrêt, j'ai compris que le bus démarrerait avec ou sans moi
Sale décor, on est con, on déconne
Sur les cernes de la caissière du Lidl, j'ai lu : "bosse à l'école"
Mais les tubes dans mon iPod me rappellent qu'un couplet change la donne
Toujours le même, j'attends la belle, d'autres attendent la bonne
Bigflo est un génie, je dois forcément l'être un peu
J'me vois, 6 ans devant la bougie, les gens me criant : "Fais un vœu!"
Je le réalise, je pensais pas que ça serait si beau
Depuis je livre mon cœur de pierre sur papier ciseau
J'suis bizarre, des types poissard comme moi y en a pas des milliards
Je serai capable d'être tué, percuté par un corbillard
Mais d'ici, je compte emporter plein de souvenirs
J'ai marqué vivre sur la liste des choses à faire avant de mourir
Ouais je vais me bouger et ranger ce bazar, car le hasard fait bien les choses
Mais on ne fait jamais de choses bien par hasard
Des milliers d'années autour de l'épée d'Arthur pour la décrocher
J'ai réfléchi, j'suis reparti avec le rocher
Oli arrive, ouais nos légendes ont morflé
Seul dans mon lit j'fais des bras de fer avec Morphée
Suis-je coupable de dire tout haut ce que je pense tout bas?
Fan de Claude Nougaro, je bouge la tête sur du Booba
On ne fera jamais partie de ces types qui friment et qui vivent la nuit
Parler de biff m'ennuie, j'écris des rimes loin des délires de VIP
Juste besoin d'un bic, du public, d'un beat, d'une batterie qui claque, mon stylo se vide
A chaque fois j'assois les MCs qui passent
Envers et contre tous, à l'envers et à l'écoute
Je battle contre moi-même devant le miroir et je perd à tout les coups
Je suis ces yeux d'enfants, devant une scène d'épouvante
Un jour, j'irai me noyer dans la fontaine de jouvence
Y a pas de paix dans le nom Gandhi, pas de haine dans Hitler
Donc juge pas sur un blase, oui appelle moi juste petit frère
Je suis la jeunesse en personne, ces dinosaures sont avares
Je forme le fond et fonds la forme, je suis le philosophe sans la barbe

Miroir

length: 4:13
Hey yo Flo, ça fait longtemps qu’on a pas fait le point
Moi? Je suis toi à 20 ans tu t’en souviens?
Un plus un égal un, au fond on est les mêmes tous les deux
Quand tu regardes dans un miroir on se regarde dans les yeux
Ça fait bizarre de te parler, on est un peu schizophrènes
As-tu tenu les promesses qu’on s’était faites? Y’en a plus d’une centaine
Eviter l'alcool et la drogue, rester sains
Eviter la pop et la mode, rester simples
As-tu retourné la France? Tes rêves sont-ils partis en cendres?
As-tu la chance d’avoir un fils ou une fille, qui nous ressemble?
Ce son est une porte vers le futur, une avancée sur ma route
Rassure moi, car en ce moment j’t'avoue que j’ai pas mal de doutes
J’parie que t’aimes le café, t’as moins de cheveux plus de barbe
Et si ça se trouve tu trouves les casquettes nazes, t’écoutes même plus de rap
Non j’espère pas, fais pas ça, t’as pas le droit et tu le sais
Pour les fans, j’espère qu’t'as pensé à nous muscler
Arrête de t'moquer d'moi, quand tu tombes sur mes photos
Car si j'pouvais voir les tiennes, j'rigolerais avec mes potos
Va voir nos parents, dis leur que j’suis toujours leur enfant
Que si plein de choses changent, celle-là ne change jamais avec le temps
Viens rendre visite à mon fantôme, dans les rues de ta ville
Flo, as-tu trouvé la femme de ma vie?
Il est toujours à nos côtés passe le bonjour à Oli
Et puis le troisième couplet, mais c’est à toi de l’écrire

Devant le miroir j'nous vois, je vois aussi mes choix
Les étoiles, le soir, ne me répondent pas
Et il me tarde d'être toi, toi tu regrettes le temps où t'étais moi
Un de ces jours on se donnera rendez vous devant le miroir

Devant le miroir j'nous vois, je vois aussi mes choix
Les étoiles, le soir, ne me répondent pas
Et il me tarde d'être toi, toi tu regrettes le temps où t'étais moi
Un de ces jours on se donnera rendez vous devant le miroir

Le temps passe vite, c'est dur j'ai 18 ans maintenant tu dois en avoir le double
J'écris hésitant mon futur, ton présent soulevant mes doutes
J'allume une bougie, j'espère qu'tu la verras briller
J'ai caché cette lettre enfouie au fond du sablier
Oli t'es sensible car ces temps-ci j'ai peur
M'en veux pas j'suis sûr que t'as grandi grâce à mes erreurs
J'm'en fou si j'ai des rides, du moment qu't'as le sourire
Par contre si j'ai pris du bide, faut vraiment qu't'ailles courir
Reviens rapidement en arrière, le cimetière, puis le berceau
SI ça se trouve tu veux plus m'entendre, t'as même jeté ce morceau
Alors il y a quoi plus tard, est-ce que notre vie en vaut le coup?
Franchement répond, car si c'est non j'nous fous en l'air, maintenant
Si tu galères courage, promis j'mets d'côté pour ton loyer
T'as pris de l'âge, est ce que pour t'parler je doit me vouvoyer?
T'es resté proche de mon frère, de notre frère, de ton ange gardien
J'te rappelle tu disais être célèbre ça ne changera rien
Pendant qu'tu les pleures et que t'appréhendes demain
Moi j'profite et j'ris avec ceux qui t'ont quitté sur l'chemin
Soit fort Oli, voilà c'que j'voudrais dire si tu pouvais m'entendre
J'avoue j't'envie, tu sais déjà tout c'que j'doit apprendre
Je souris en t’imaginant père de famille
Rappelle-toi de l'époque où tu kiffais le hip-hop à en perdre la vie
Avec qui j'me suis marié? Une blonde, une brune je sais pas
Et puis c'est drôle de m'dire que j'la connais peut-être déjà
J'espère que t'as atteint mon but parce qu’aujourd’hui j'y compte bien
Et de nos potes avec qui on traînait il en reste combien?
Promis je profite de notre vie, on à tant de chose à s'dire encore
Mais attends Oli t'es là? J'espère que t'es pas mort

Devant le miroir j'nous vois, je vois aussi mes choix
Les étoiles, le soir, ne me répondent pas
Et il me tarde d'être toi, toi tu regrettes le temps où t'étais moi
Un de ces jours on se donnera rendez vous devant le miroir

Devant le miroir j'nous vois, je vois aussi mes choix
Les étoiles, le soir, ne me répondent pas
Et il me tarde d'être toi, toi tu regrettes le temps où t'étais moi
Un de ces jours on se donnera rendez vous devant le miroir

Devant le miroir, devant le miroir, devant le miroir
Devant le miroir, un de ces

C'est pas du rap...

length: 4:14
J'écris des lignes pour celle qui m'entraîne, une belle fille
Rester au chaud et s'faire applaudir, mais quelle vie
Aigu ou grave, toujours plus loin dans le défi
Du bout des lèvres, c'est avec elle que je me délivre
Et nos moments ensemble sont toujours trop courts
Fou, quand on s'trouve, je parcours toutes ses courbes
Elle dit qu'elle m'aime et que j'serai jamais célibataire
Elle est calme et, d'un coup, gueule, sale caractère
Bizarre, elle chante et râle comme une diva
Elle a toujours de bons tuyaux, bronzée car tous les visas
Et j'prends des risques, ouais, divin est le débit
J'la traîne dans son étui dès qu'elle dérive
J'l'ai dans l'sang et, dans mon flow, elle se glisse
Cette grande dame de Louis ou de Miles Davis
Puis je souffle et j'me découvre, à chaque virage
C'est dans son reflet louche que j'ai vu mon vrai visage
En manque d'air, au plus profond d'elle, j'respire
J'me prends pour Chet Baker, mais quelle perspective
Regarde loin dans l'embouchure, t'aperçois même ma dentition
Le groove se trouve pas dans toutes leurs partitions
Elle s'met à nue, si j'suis pudique
Sous la lumière du projecteur, elle prend l'visage du public
Une fille en or, noces de cuivre donc relation durable
Elle a beaucoup changé depuis qu'j'lui ai présenté le rap

C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap

On m'a dit "Bigflo, laisse tomber ton pote, ce mec est idiot"
Il aura pas son bac, il pense qu'au micro
Ça serait vraiment dommage que tu traînes avec ce naze et que tu finisses au bistro
Mais c'est mon pote, j'le kiffe, quelque chose à dire ?
Les gens nous regardent mal quand j'traîne avec lui en ville
C'est vrai qu'il râle, qu'il est tout l'temps en train d's'plaindre
Qu'il parle souvent de balles, de flingues et de gros cylindres
Qu'il est égocentrique, pas toujours authentique
Plein d'défauts, mais quand il est pas là j'me sens triste
Parano, mon pote est impossible à berner
Mi-poète, mi-voyou: mon pote est dur à cerner
Car, au fond, il a un grand cœur
Il est sensible, il dit qu'il n'a pas peur, mon pote est un menteur
Il m'a redonné ma confiance en moi, vidé mon sac
chassé le mal, ouvert ses bras, quand ça va pas, c'est lui que j'vois
Et c'est plutôt drôle, oui
C'est plus qu'un ami, c'est un psychologue
C'est vrai qu'il a changé depuis quelques temps
Ses anciens potes me racontent qu'il était mieux avant
Il a souvent dérapé, parfois il m'énerve
Mais je n'oublie pas que c'est grâce à lui que je rêve
Il a donné un sens à ma vie, un but à mes phrases
Paraît qu'son cousin c'est le jazz

C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est d'la musique
C'est pas du rap, c'est Bigflo & Oli

Monsieur tout le monde

length: 4:37
[Couplet 1 : Bigflo]
J'sais pas pourquoi, ce matin, je suis très en colère
Mais je laisse rien paraître devant ma fille et sa mère
Bisous, "Bonjour", ennui, cafetière
La jolie vaisselle que nous a donnée grand-mère
J'aimerais tout foutre en l'air, ouais, j'y pense, des fois
Les jours se ressemblent comme ma fille et moi
"Allez chérie, dépêche-toi, on va être en r_____
Dis "Bonjour" aux voisins ; au revoir, connard"
Toujours bloqué dans la circulation
Stimulation, agression, allez, avance, pauv' con
"- Qu'est-ce qu'il t'arrive, papa, dis-moi pourquoi tu t'énerves"
Je l'entends pas, aujourd'hui, j'suis coincé dans un rêve
"Allez mon ange, sois sage et passe une bonne journée"
Ma propre hypocrisie commence vraiment à me soûler
Youhou ! Maintenant, direction l'taf, l'éclate
Un lapin dans un clapier, huit heures derrière un clavier
Ça fait deux semaines que j'essaye de parler à mon patron
Je l'imagine souvent, le soir, découpé dans des cartons
"- Monsieur, pour mon augmentation...
- On en parlera plus tard"
Dire que ça fait quinze ans qu'j'enfile ce putain d'costard
Après, j'irai chercher ma fille, comme toujours
Je ne vois que l'ennui, où est passée ma vie ? Où est passé l'amour ?
Ce soir, la même bouffe de supermarché
Haricots verts, steak haché, on fera semblant d'pas s'fâcher
Mais j'ai encore trouvé des textos dans son téléphone
C'est pas la fin du monde, ça fait deux ans qu'elle me trompe
Moi, comme d'hab', je dis rien, non, comme d'hab', je suis aphone
Ce monde est trop pourri pour ma fille, j'ai honte
La routine, le premier jour comme le dernier
Attends, mais y'a pas un fusil dans le grenier ?
Le taf, l'angoisse, la ville, l'ennui
Le temps qui passe, routine, l'ennui
L'amour, la mort, les rêves, l'envie
Photo, sourire, encore la ville
Le stress, le noir, les larmes, les cris
Les klaxonnes, les sonneries
Je crois que, ce soir, je vais faire une connerie

[Refrain : Bigflo & Oli]
Seul dans l'ombre, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'avance, je tombe, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'ai jeté l'éponge, comme monsieur tout l'monde
Je plonge dans le plus sombre de mes songes
Seul dans l'ombre, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'avance, je tombe, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'ai jeté l'éponge, comme monsieur tout l'monde

[Pont 1 : Un inspecteur de police & Oli]
"- Bonsoir
- Bonsoir
- Nous aurions quelques questions à vous poser au sujet d'l'incident d'hier soir
- Oui
- Vous connaissiez l'voisin ?
- Oui, oui...
- Qu'est-ce que vous pouvez nous raconter sur lui ?
- Sur lui ?

[Couplet 2 : Oli]
J'suis encore sous l'choc étant donné qu'c'était un père
Exemplaire, voisin charmant, attentionné, un type normal, non, rien de louche
Qui ferait même pas de mal à une mouche, j'l'entendais chanter sous la douche
Il m'aidait à descendre mes courses
Un gars ordinaire, discret, sans histoire
Y'a ma maison à la télé, tout ça : difficile d'y croire
À la radio, c'est dingue, ils parlent de flingue, de rideaux en sang
Dire qu'on avait passé le dernier nouvel an ensembles
On parlait bricolage autour d'un verre, trinquant à notre santé
Un monsieur tout l'monde, et personne n's'y attendait

[Pont 2 : Un inspecteur de police]
- Et à propos d'l'incident ? Vous pouvez nous raconter c'que vous avez entendu ? C'que vous avez vu ?

[Couplet 2 suite : Oli]
Il a tué sa fille et sa femme, 'fin, sa femme en premier
On parle de fusil et d'idées noires dans l'fond d'son grenier
J'entends encore le bruit des cris : c'est pire à chaque seconde
Trois tombes pour un monsieur tout l'monde
Voisin a__assin appuyant quatre fois sur la gâchette
Les volets fermés, oui, l'drame s'est passé en cachette
J'ai entendu un "bam", on venait de quitter la table
Vingt-deux heures trente-deux, une balle : celle qui a tuée sa femme
Ils s'fâchaient pas mal, j'ai pensé à une dispute banale
S'enchaîne un coup machinal, le calme, puis la balle finale
Un coup d'fil : la police débarque, les chaînes télé défilent
On m'demande des infos sur le barge, un peu comme dans les films
On a retrouvé l'corps de sa fille tout près du sien
Dire qu'j'ai vu c'type pleurer à la mort de son chien
Ma femme ne parle plus depuis qu'elle a su la nouvelle
Elle a croisée son regard, hier soir, en sortant la poubelle
Toujours souriant, un gars sympa qui habitait à deux pas
J'suis sûr qu'les autres voisins disent la même chose de moi
Il me ressemble : la voiture, la femme, la belle-mère, les soirées à table
Le canapé, les films banals, le pain pour l'canard du canal
Le chien, le putain d'nain d'jardin, la terrasse au soleil
Qu'est-ce qui m'empêcherait de faire pareil ?

[Refrain : Bigflo & Oli]
Seul dans l'ombre, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'avance, je tombe, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'ai jeté l'éponge, comme monsieur tout l'monde
Je plonge dans le plus sombre de mes songes
Seul dans l'ombre, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'avance, je tombe, j'suis qu'un monsieur tout l'monde
J'ai jeté l'éponge, comme monsieur tout l'monde
Je plonge dans le plus sombre de mes songes

[Outro : Bigflo]
J'sais pas pourquoi, ce matin, je suis très en colère
Mais je laisse rien paraître devant ma fille et sa mère
Bisous, "Bonjour", ennui, cafetière
La jolie vaisselle que nous a donnée grand-mère
J'aimerais tout foutre en l'air

Gangsta

length: 3:40
[Oli]
J'ai rien d'un gangsta, j'ai pas d's___, j'ai pas d'coc', ni d'héro'
J'ai pas d'crew, j'traîne pas, faut qu'j'bosse mon interro'
En soirée, mes potes se la jouent bière et vodka
Hé, Bigflo, sers-moi un grand verre de Coca
Si tu m'files un flingue, j'serais même pas m'en servir
J'fais quoi d'une Ferrari ? J'ai toujours pas mon permis
J'ai déjà pleuré devant un film au lit, mélancolie
Moi, j'suis allé en prison, mais qu'au Monopoly
J'avoue, je bave devant leurs clips, leurs bling-blings et leurs photos
Tout est vrai chez moi, sauf ma montre et mon polo
Pas l'temps pour le sport, moi, c'est le rap d'abord
Et, dans mon clip, tu verras qu'un labrador
Et je gratte dans l'métro, pas la taille d'un héros
Couché tard, levé tôt, en freestyle sous l'préau
Si j'fais dix pompes, je frôle le malaise
Mais, le sourire aux lèvres, j'viens d'terminer mon seize

[Bigflo & Oli]
Et j'suis pas, et j'suis pas
Et j'suis pas, j'suis pas, j'suis pas

J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
J'ai pas l'fric, j'ai pas l'style, j'ai pas les bras, mais les gangstas kiffent ça
J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau

[Oli]
Pourtant, mes classiques, j'les connais
Dis-moi pourquoi t'es étonné

[Bigflo]
J'me réveille tranquille, normal, c'est samedi
Le soleil déjà levé, normal, c'est midi
J'me pose devant la télé avec un bol de Miel Pops
À peine fini de boire le lait que j'allume la X-Box
Des heures avec les amis, s'il vous plaît, aidez-moi
Ouais, j'suis un geek, j'crois qu'j'ai raté ma vie à cause de GTA
Moi, j'connais par cœur les casses de Brice de Nice
Voici l'premier rappeur sponsorisé par Leader Price
C'est pas marrant, j'ai souvent du mal à m'y faire
C'est moi le grand mais on m'prend pour le petit frère

J'suis pas un gangsta
Pas de flingue, de ganja, lève ta main si t'aimes ça
Toi, tu veux que je boive, que je baise, que je fume
Mais ferme ta gueule et passe le Schweppess Agrum
J'ai pas la vie de rêve, j'suis pas un type balèze
Mais, le sourire aux lèvres, j'viens d'terminer mon seize

[Bigflo & Oli]
Et j'suis pas, et j'suis pas
Et j'suis pas, j'suis pas, j'suis pas

J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
J'ai pas l'fric, j'ai pas l'style, j'ai pas les bras, mais les gangstas kiffent ça
J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau

[Oli]
Pourtant, mes classiques, j'les connais
Dis-moi pourquoi t'es étonné

[Bigflo & Oli]
Bienvenue dans mon quartier, attention les yeux
Y'a beaucoup d'morts parce que y'a beaucoup d'vieux
J'suis pas un gangsta, ouais, j'suis fou d'l'admettre
Ils parlent tous de flingues mais ne tirent jamais
Pourtant, j'fais bouger les têtes, tu connais mes textes
Connais pas ma technique, mec, mais t'es qui
J'vise le bingo, que des faux lingots, évite les bimbos, matte mon équipe
Ça fout les boules, ouais, ça les dégoûte
Car nous on déboule comme des fous dans la foule
Mais mon pote ça c'est cool toi, tu restes à l'écoute
On se sert les coudes, ils nous prennent pour des fous

J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
J'ai pas l'fric, j'ai pas l'style, j'ai pas les bras, mais les gangstas kiffent ça
J'suis pas un gangsta
Pas la peine de mentir, j'suis comme toi
J'suis pas un gangsta
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau
Freestyle sous le préau