La Vie de rêve Album

Artist(s): Bigflo & Oli

Cover Art

Bigflo & Oli La Vie de rêve Cover Art

Tracklist

Nous aussi 2

length: 5:09

Bon, on a fait un nouvel album, La vie de rêve. C'est la suite de La vraie vie
Euh, ok
Ce morceau, c'est "Nous aussi 2", la suite d'un morceau du premier album
Putain, c'est compliqué
Je sais, je sais. Bigflo et Oli, tu connais non? (Hou hou)

J'suis le genre de type qu'on enferme
Rempli d'idées pas claires
J'suis bien coiffé, bien sapé
J'suis le coup d'cœur de ta grand-mère
Le fric que je gagne, je l'enterre
Je n'ferai pas de commentaire
Mais j'ai beau me faire du blé
J'm'en ferai moins qu'mes potes en dentaire
J'me contente pas de peu
J'resterai pas longtemps, j'me fais vieux
Certains pensent que j'suis prétentieux
J'attends qu'ils se tuent tous entre eux
Pour l'instant, je reste silencieux
Plus qu'un diamant, j'suis très précieux
Et puis, je m'élance dans les cieux
J'suis le dragon blanc aux yeux bleus
C'est l'heure du du-du-du-du-du-duel
Chérie, j'suis l'plus dur et l'plus cruel
J'suis malade, tu peux le voir au fond de mes prunelles
Ne me croise pas la nuit seul au fond d'une ruelle
C'est Biggie sur le mic', oui, mon ami, j'rappe
J'suis qu'une mini-star, j'vis loin du mitard
Tu t'en fous de c'que j'dis, débile
J'pourrais dire "bl bl bl bl" sur toute la piste
Les filles disent de plus en plus
"Avec sa moustache, Bigflo, il tue
Dans mon cœur, c'est comme des montagnes russes
J'avoue qu'il est moche mais il a un truc" (merci)
J'en ai marre qu'on copie les States
Damn, man, à l'Américaine, yes, we can
Le week-end, je mange des McCain avec ma best friend
Moi, j'suis Français, ouais, c'est moins cool
Mais j'ai du camembert donc j'm'en bats les couilles
J'coupe une baguette pas trop cuite
J'ai croisé Molière, il voulait faire un feat
Arrêtez le rap, allez jouer du banjo
Des fois, je leur vends quelques rimes sous le manteau
Avec mes Pokémon, je me balade à Kanto
Et les filles se plaignent, apparemment, je bande trop oups (no)
"Biggie (no)
Dis-moi ce que tu caches sous le Kimo-(no)"
J'ai le sang chaud, ouais, j'suis lati-(no)
Hier, encore j'ai tout perdu au casi-(no)
Dans mes rêves j'vends des millions d'albums
J'me marie avec Hermione
J'me réveille, j'suis seul et je suis qu'un homme
Pas plus haut que trois pommes
Donc, j'me rendors, j'me rendors
J'me rendors mais j'suis en insomnie
J'ai la niaque dans c'rap, j'en veux encore
Les organes du rappeur dans une amphore
J'les fais douter d'ma folie, c'est pour les blacks et les tou-bab
S'il te plait, ne t'étouffe pas, qu'est ce que t'as, mec? T'es tout pâle
Pourquoi tu me parles tout bas? Big up à toi en tout cas
Ne prends pas ton air coupable ou je vais t'ôter la vie
Et ouais, mon pote, j'suis comme ça
Quand je soulève une meuf, j'crie "Wingardium Leviosa"

J'ai mis ma tête sur un Pins car dans c'game, j'ai personne à qui dire merci, personne
J'veux la SACEM de Maître Gims
En attendant, en deux albums, j'remplis le Bercy

T'as fait des platines
T'as fait des Zéniths
T'as fait un Bercy
Nous aussi!
T'as fait des vues, t'as fait des tubes, t'as fait des thunes, hein, nous aussi
T'as rencontré Michel Drucker, devine quoi? Nous aussi
Foutre le bordel à nos concerts, nous aussi, on peut l'faire
Les rappeurs détestés de ton rappeur préféré
Si tu te sens tout seul, viens, on est plein pour t'aider
Monsieur le commissaire, on va tout vous expliquer
On a tué le rap français mais on n'a pas fait exprès

Faut pas que j'oublie d'acheter du PQ
J'note mes courses dans les couplets
Tu peux trouver le début nul
Mais la suite du texte va tous les gifler
J'tire dans le tas, c'est ma tactique d'attaque
Tu sens venir la claque?
Le seul médium qui a lu mon avenir
A fait une crise cardiaque
Sans faire d'effort, j'les mets d'accord
Mes oxymores, mes métaphores, ça les étonne
J'les envoie dans l'décor, c'est dans mes cordes
Le fond et la forme, ils en veulent encore, au microphone
Ils disent que j'suis trop fort, que j'élabore
Un art en or, ça rappe hard-core, j'en fais des tonnes
J'ai peur d'la mort donc j'rappe des tonnes
J'parle pas de mon trésor au téléphone
À la télé, ça m'fait bizarre
J'ai jamais assumé mon visage
Même dans les villages, j'suis une star
J'prends plus de photos qu'Mona Lisa
"Oli, c'est toi?" Oui, maman
"Tu fais encore du rap?" Évidemment
"T'en as pas marre après toutes ces salles et tous ces festivals?"
Non c'est pire qu'avant
Génie du verbe, depuis trop tôt, j'taquine
Ils ont trente berges mais parlent à des gamines
J'kick pour mon bled et les potos d'ma team
J'suis pas d'Paris, d'ailleurs "Chocolatine"
Ma psy veut plus me voir, elle dit qu'c'est pas la peine
Depuis qu'la voix dans ma tête entend des voix dans la sienne
J'ai les idées pas claires et sans stupéfiant
Imagine avec un joint d'beuh
Si j'suis pas millionnaire à vingt-cinq ans
C'est parce que j'le s'rai à vingt-deux
Tout seul dans le Mordor, on m'dit que je suis hors-norme
Le son est trop fort, pourtant, les gosses dorment
On écoute mes tueries même au fond des DOM-TOM
Je pète la forme depuis que mes clones font mes albums
Dans la Garonne, j'ai jeté un coffre
Y'avait un truc que j'peux pas citer
J'ai déjà pensé à m'suicider
Juste pour que Bigflo touche l'argent du best-of
J'rappe pour les filles et pour les têtus
Pour ceux qui triment, qui font des études
J'rappe pour les p'****, ceux qui ont du vécu
Faut pas qu'j'oublie d'acheter du PQ, non

T'as fait des platines
T'as fait des Zéniths
T'as fait un Bercy
Nous aussi!
T'as fait des vues, t'as fait des tubes, t'as fait des thunes, hein, nous aussi
T'as rencontré Michel Drucker, devine quoi? Nous aussi
Foutre le bordel à nos concerts, nous aussi, on peut l'faire
Les rappeurs détestés de ton rappeur préféré
Si tu te sens tout seul, viens, on est plein pour t'aider
Monsieur le commissaire, on va tout vous expliquer
On a tué le rap français mais on n'a pas fait exprès

Plus tard

length: 3:26
Bigflo et Oli
Tu connais non?

Quand j'étais petit je pensais qu'en louchant trop je pouvais me bloquer les yeux
Que les cils sur mes joues avaient le pouvoir d'exaucer les vœux
Quand j'étais petit je pensais que les adultes disaient toujours vrai
Et la nuit dans la voiture j'pensais que la lune me suivait

Mais depuis qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose
Qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose

On m'disait tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas
Tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas

Quand j'étais petit, j'entendais un monstre qui vivait sous ma maison
Je pensais mourir dans la lave si je marchais pas sur le passage piéton
Qu'à l'époque des photos en noir et blanc les gens vivaient sans couleur
J'étais sûr qu'un bisou de ma mère pouvait soigner la douleur

Mais depuis qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose
Qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose

On m'disait tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas
Tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas

Aujourd'hui en grattant un ticket je me vois millionnaire
Je me dis tout ira mieux si je souris à la banquière
Aujourd'hui je me dis que si j'attends quelqu'un fera ma vaisselle
Et que même si je vieillis mes parents sont immortels

Qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose
Qu'est-ce qui a changé? Pas grand chose
Je n'ai pas rangé les questions que je me pose

On m'disait tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas
Tu comprendras plus tard, tu comprendras plus tard
Tu comprendras plus tard mais on est plus tard et je comprends pas

Plus tard, plus tard, plus tard, plus tard, plus tard, plus tard
Plus tard, plus tard, plus tard, plus tard, plus tard, plus tard
Plus tard, plus tard, plus tard, plus tard

Demain

length: 4:12
Bigflo et Oli, tu connais, non?
Petit Biscuit

Tout le monde me dit, "tu sais pour ton avenir on a peur
On voudrait que tu sois un médecin, toi tu veux être un rappeur"

Ma meuf m'a dit, "tu m'aimes pas assez, on dirait que tu t'es lassé
Qu'est ce qui s'est passé?
T'as plus le même regard quand t'as fini de m'embrasser"
Je m'endors avec mes coups de blues
Plus personne ne croit au coup d'foudre
La voisine est venue me voir pour me dire qu'elle en avait marre de mes
Engueulades avec ma mère, à chaque fois c'est pareil quand je m'énerve
Je tape dans la porte et je casse mes affaires
Puis je m'endors et quand je me réveille je regrette (ah, ah, ah)
Tout le monde me parle
Tout le monde croit savoir ce que je dois faire de ma vie
Ce qu'il y a dans ma tête

Mais j'n'écoute que moi et je me répète que

C'est pas grave
Ce soir tu danses
La nuit porte conseil
Faut pas que t'y penses
Ne pense plus à rien, rien, rien, rien
Ça ira mieux demain
Ça ira mieux demain
Ça ira mieux demain (demain, demain, demain, demain, demain)
Ça ira mieux demain (demain, demain, demain, demain, demain)

Cette fille m'a dit
"T'es comme les autres en fait, tu m'apportes que des problèmes
Allez sors de ma vie
T'façon je le pensais pas, quand je te disais, 'je t'aime'"

On nous répète qu'avant c'était mieux
On croit en l'amour qu'une semaine sur deux
Le temps passe vite, on est des jeunes vieux
Hier un petit m'a appelé Monsieur
Par la fenêtre j'attends un signe
J'pense à mon avenir qui doucement se dessine
En attendant je me remets ce vieux son de Biggie
Celui qui fait, "it was all a dream"
Un seul sourire, et mille pleurs, on attend la surprise comme les Kinders
Pour éviter de dire, "les enfants j'ai rencontré maman sur Tinder"
Toutes les questions sans réponses se baladent dans ma tête
La main sur le cœur, des fois j'ai trop peur qu'il s'arrête
Mais j'n'écoute que moi et je me répète que

C'est pas grave
Ce soir tu danses
La nuit porte conseil
Faut pas que t'y penses
Ne pense plus à rien, rien, rien, rien
Ça ira mieux demain
Ça ira mieux demain
Ça ira mieux demain (demain, demain, demain, demain, demain)
Ça ira mieux demain (demain, demain, demain, demain, demain)

On dit que la nuit porte conseil
On dit que la nuit porte conseil
On dit que la nuit porte conseil
Mais j'écoute rien, rien, rien
On dit que la nuit porte conseil
On dit que la nuit porte conseil
On dit que la nuit porte conseil

Mais j'écoute rien, rien, rien

Ça ira mieux demain

Ça ira mieux mieux demain

Rentrez chez vous

length: 6:43
Ça y est, ils ont fait sauter la tour Eiffel

Ça y est, ils ont fait sauter la tour Eiffel
On pensait pas qu'ils oseraient mais le mal est fait
Comment on a pu en arriver là? Difficile à croire
La nuit a été calme, ils ont bombardé que trois fois
Je suis monté à Paris retrouver ma copine
La guerre nous a pris par le col, nous a sorti de la routine
Remplacé les fleurs par les pleurs, les murmurs par les cris
Son immeuble a été touché, j'l'ai pas trouvé sous les débris
Je vais rentrer bredouille, rejoindre ma famille dans le premier train
Le départ est prévu pour demain matin
Les hommes sont capables de merveilles et des pires folies
Ça fait quatre jours que j'ai pas d'nouvelles d'Oli

Putain c'est la guerre!
On a cassé nos tours d'ivoire
Moi qui l'ai connue qu'au travers des livres d'histoires
J'veille sur la famille, c'est vrai, nos parents s'font vieux
On entasse des bus, on bloque les routes, on s'protège comme on peut
Et la foule fuit ces fous sans camisole
Paraît qu'ils exécutent des gens place du capitole
Quatre billets pour un ferry, une chance de s'évader
Une nouvelle vie de l'autre côté de la Méditerranée
Les balles nous narguent, on a peur d'être au mauvais endroit
Mon frère m'a dit "si j'reviens pas, partez sans moi"
Difficile d'être au courant, ils ont coupé le réseau
Ça fait bientôt quatre jours que j'ai pas d'nouvelles de Flo

Bien sûr les bruits des wagons bondés me rendent insomniaque
Certains ont mis toute leur maison au fond d'un petit sac
Le train s'arrête et redémarre, me donne des hauts-le-cœur
On a fait en deux jours ce qu'on faisait en six heures
J'dois rejoindre la famille au port de Marseille mais j'ai pris du retard
J'crois bien qu'ils vont partir sans moi, quel cauchemar!
Pas grave, j'les rejoindrais en barque
Pas de réseau, impossible de choper une barre
J'vois une enfant au sol, lui demande si elle est seule
Elle dit qu'elle a vu ses parents couchés sous des linceuls
Les hommes sont capables de merveilles et des pires folies
Ça fait bientôt six jours que j'ai pas d'nouvelles d'Oli

Direction Marseille! Un tas d'tout dans la soute
On fait semblant d'pas voir tous les corps qui longent la route
Les villes ont changé, la vie et l'horreur aussi tôt
Les métros sont des dortoirs, les cinémas des hôpitaux
Sous le port, on s'bouscule, on s'entasse devant
D'un coup l'ferry apparaît, certains tueraient pour une place dedans
À bord, je pleure l'état de ce monde
On a attendu mon frère jusqu'à la dernière seconde
On veut pas être là-bas, on veut juste être autre part
Enfin respirer comme le lendemain d'un cauchemar
Le bateau démarre, je fixe son sillage sur l'eau
Ça fait bientôt sept jours que j'ai pas d'nouvelles de Flo

Arrivé sur le port de Marseille avec la petite fille dans mes bras
Presque un jour de retard, ils sont tous partis sans moi
Mais j'ai les contacts d'un passeur, une plage et une heure
Plus de trente, entassés, bien sûre, on ne voyage pas seul
Il me dit "choisis la fille ou ton sac pour jeter du leste"
Puis je vide mes poches et lui donne tout ce qu'il me reste
Et me voilà parti, acteur d'une drôle de fable
À la conquête du paradis sur un bateau gonflable, on navigue loin d'ici
Et plus les vagues s'agrandissent, plus notre espoir rétrécit
Et ça tangue, et ça tangue, certains tombent dans le ventre de la bête
Nous voilà en pleine tempête
En une seconde, la fille m'échappe et plonge
J'entends ses cris emportés par la mer qui gronde
La pluie, le sel et les larmes se mélangent
Une femme s'agrippe à mes hanches et m'entraîne dans la danse
Le bateau se retourne, on se colle et on coule
Nos appels à l'aide sont perdu dans la houle
Dire qu'il n'y a pas longtemps j'étais avec mes amis
On allait de bar en bar pendant toute la nuit
Mes poumons se remplissent d'eau et mes yeux se ferment
Mon âme éteint sa lanterne
Les hommes sont capables de merveilles et des pires folies
Je n'aurais plus jamais de nouvelles d'Oli

Le bateau accoste, première vision, des barbelés
Ça, mon frère ne m'en avait pas parlé
Encore des armes et des pare-balles
On nous fait signer des papiers dans une langue qu'on ne parle pas
On nous fouille, nous désinfecte comme des animaux
On nous sépare de mon père, pas le temps de lui dire un dernier mot
Dans des camps provisoires, des couvertures, un matelas
Un niçois me raconte qu'il est là depuis des mois
Toulouse me manque déjà, ma mère s'endort dans mes bras
Elle me répète tout bas que Flo nous rejoindra
La chaleur étouffe, on a vidé toutes les bouteilles
Dans le journal, j'apprends qu'ils ont fait sauter la Tour Eiffel
Le lendemain on nous entasse dans des bus
Les autres sur les uns, qui peut le moins peut le plus
Des centaines de fous accompagnent notre départ
Des poings brandis en l'air, des cris, des sales regards
Je croise celui d'un type qui scande avec ferveur
C'est la première fois du périple que j'ai vraiment peur
Je ne vois que lui au milieu de la foule
Sur sa pancarte il est écrit "rentrez chez vous"

Mais j'suis désolé, on ne peut pas accueillir tous les Français
On ne peut pas accueillir tous les Français
Ils arrivent par milliers
Si ils avaient un minimum d'honneur
Ils retourneraient dans leur pays et ils combattraient pour la France
Ils combattraient pour défendre leur famille et puis leur honneur
C'est comme ça, je suis désolé
On vient, on vient de Nantes là, et ils ont tout détruit
Tout détruit à Nantes, il reste plus rien
On avait, on avait tout, là-bas, on a perdu tout ce qu'on avait
Euh, je sais pas quoi faire, je sais même pas où aller
J'ai perdu des gens de ma famille
Aujourd'hui, la plupart des problèmes que notre pays connaît
C'est de la faute des Français
Je suis désolé, avant qu'ils arrivent chez nous tout allait bien
Donc, on ne peut pas non plus accueillir des gens
Qui viennent chez nous foutre le bordel

Bienvenue chez moi

length: 4:37
Je t'ai déjà parlé de Bordeaux? (Non)
Sur les quais on aime appeler les jolies filles taillées comme des cannelés
J'ai vu l'étendue des vignobles à travers le hublot
Miroir, miroir d'eau, dis-moi qui est le plus beau

J'suis passé en Normandie, j'ai vu les villes et les plages (ah ouais?)
Pour pas te mentir, j'ai surtout vu des vaches (haha)
J'ai vu des lions et des lionnes au cœur rugissant
Un Havre de paix Caen j'suis passé par Rouen

Un arrêt à Lille, c'est vrai que c'est pas la plus belle des villes
Mais sur la grand place je me suis comme senti libre
Senti petit, senti ch'ti dans le décor
Les gens étaient plus chaleureux que le temps dehors (c'est vrai)

J'suis passé par Lyon et j'ai pas compris tout de suite
Quand je disais "bonjour" on me répondait 69 la trik
J'ai traîné place Bellecour avec tous mes zonards
On m'a dit qu'à Saint-Étienne y a que des connards

Faut que j'te parle de Marseille, son port, ses ruelles un peu crades
Et j'ai même pris l'accent en chantant dans le stade
Au milieu de ces grandes gueules moi j'en menais pas large
J'ai entendu des cigales mais pas le bruit des Kalash

J'suis allé à Saint-Étienne prendre un peu l'air (ouais)
On m'a forcé à enfiler un foutu maillot vert (putain)
J'ai traîné Rue des Martyrs avec tous mes zonards (et ouais)
On m'a dit qu'à Lyon (quoi?) Y a que des connards (mais non!)

Bienvenue chez moi
Que tu viennes d'une grand ville, ou d'un petit village
Faut qu'tu vois ça, ah, ah (ah)
On a les plus belles filles, les plus beau paysages
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi

À Brest et Rennes, je me suis senti un peu con
Quand les gens m'ont dit qu'ils étaient pas français mais bretons
Des marins au grand cœur, un petit peu trop ivres (ouais)
Naviguant sur une mer de cidre

Une journée à Paris et Notre Dame a fait une seine (ah ouais?)
Elle m'a dit que j'étais trop lent et que nos petits accents la gênent
Elle est pressante et oppressante, elle est stressante et cruelle
Elle est blessante, elle est glaçante mais putain ce qu'elle est belle

Je suis allé sur une île, le volcan m'a ouvert ses bras
Et l'océan me chuchotait "la Réunion lé la"
Y a pas de religion ou de couleur sur la photo
Une engueulade c'est aussi rare que de voir un dodo

Tu connais pas Montpellier? La plage est tout prêt d'ici
On passe tout l'après-midi place de la comédie
On prend notre temps, ne viens pas croire qu'on est faignant (non)
Les arènes de Nîmes jusqu'au palmiers de Perpignan
J'suis allé à Strasbourg, j'suis revenu avec du kouglof sous le coude
C'est fou j'ai encore dans la bouche le goût de la choucroute
Les charmes des limites de l'hexagone
Et j'écris cette phrase avec la plume d'une cigogne

Bienvenue chez moi
Que tu viennes d'une grand ville, ou d'un petit village
Faut qu'tu vois ça, ah, ah (ah)
On a les plus belles filles, les plus beau paysages
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi

J'suis allé en Belgique, logique, j'ai fait le plein de frites
J'ai cru voir de la bière sortir du Manneken Pis
Y a de la vie quand le carré s'anime
J'y suis tellement allé, j'ai l'impression de voir la famille (bah oui) (une fois)

À Nantes j'ai commencé un safari géant
J'ai croisé des canaris, volé autour d'un éléphant
J'ai vu des kickers, des skippeurs, des kiffeurs
Le seul endroit où j'ai croisé des dealers, des p'**** beur

J'me suis posé en Suisse calmement
Près des cygnes sur les rives du lac Leman
J'ai coupé mon atel pour pas qu'on m'appelle
Là-bas j'ai abusé sur l'emmental et la montagne de chocolat

Première fois en Corse, le choc
La terre, la mer, au début j'ai eu du mal avec le caractère
Sur la terrasse, les blagues de vieux m'ont fait rire
Je voulais plus partir, plus remonter dans le ferry

J'suis né à Toulouse, forcément j'suis pas vraiment honnête
Elle a vu mes premiers pas et m'a porté chaque seconde
Et tu demanderas à tous ceux qui la connaissent
Ils te diront "c'est la plus belle ville du monde!"

Bienvenue chez moi
Que tu viennes d'une grand ville, ou d'un petit village
Faut qu'tu vois ça, ah, ah (ah)
On a les plus belles filles, les plus beau paysages
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi
Bienvenue chez moi
Que tu viennes d'une grand ville, ou d'un petit village
Faut qu'tu vois ça, ah, ah (ah)
On a les plus belles filles, les plus beau paysages
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi
Viens faire un tour chez moi

Tu sais qu'à Nantes y a un éléphant mais genre il est automatisé
Et il avance et tout, genre il bouge dans la ville
Qu'est-ce tu dis frère? Mais j'te jure c'est vrai, c'est, un truc
C'est un éléphant (sûr?) mais genre un robot éléphant
Ah ouais? putain, mais tu-
C'est un éléphant, mais un, un robot

Maman

length: 5:17
J'vais pas te faire la chanson qu'ils ont déjà faite
Te dire que t'es la plus gentille et la plus belle
Ça serait mentir, je sais, c'est dur à entendre
Mais on dit que la vérité sort de la bouche des enfants
T'étais pas la mère câline (non) t'es pas la meilleure de mes copines
J'ai souvent voulu m'évader, m'échapper de la maison, j'avais les yeux rivés sur la sortie
Maman très sévère, ambiance militaire, fallait pas déconner (non)
Relation éclaire, quasi nucléaire, soyez pas étonnés (ouais)
Ce serait moins compliqué si j'avais pas hérité
De ton sale caractère et ta putain de fierté
Mais tu m'as appris à grandir sans gâteries
Dans mes amis à faire le tri
Encouragé à pas lâcher la batterie et puis t'étais là quand je faisais un bad trip
Une poussière d'Algérie, tu m'as rendu plus fort
J'ai peur de personne d'autre
Personne ne m'engueulera plus que quand je rentrais à la maison avec une mauvaise note
Oh ouais qui veut tester ma mère? Qui peut tester ma mère?
Oh ouais si jamais on vise nos têtes, la première qui part en guerre, pow-pow-pow
Quelle mère, quelle mère encourage ses fils à faire du rap?
Du sol à l'étage, tu faisais le ménage en dansant sur du Diam's
Oh ouais c'est dur de voir son fils s'agrandir (c'est vrai)
J'ai plus besoin de toi, je me débrouille dans la vie (jamais)
Rien ne t'arrête même pas toutes ces maladies (je sais)
Je sais qu'on s'aime même si on sait pas le dire

Pourquoi tu t'inquiètes encore?
Dis-moi pourquoi tu t'inquiètes encore
Pourquoi tu t'inquiètes encore?
J'ai grandi maman, j'ai grandi maman

Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et moi aussi maman
Moi aussi maman
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et moi aussi maman
Moi aussi maman

Désolé Papa ce texte n'est pas pour toi
Mais pour la seule qui m'a donné la vie
J'ai longtemps cru qu'elle était invincible
J'avoue je la vois beaucoup moins ces temps-ci
Elle veut pas me voir grandir, je l'ai lu dans ses yeux (je le sais)
Mais je sais qu'elle est fière
Quand elle dit mon fils fais ce que tu veux
Faut surtout pas le faire
À cause d'elle je stresse de traverser la route
J'ai peur de faire le moindre faux pas
À cause d'elle moi je remets tout en doute
Je culpabilise même de boire du soda
Je fais comme elle je garde tout pour moi
Et je m'isole quand j'ai le cafard
À cause d'elle je suis fan de Cabrel, je connais tous les albums de Bénabar
Je chanterais tes berceuses à mes gosses
Quand je ferai un gâteau, je leur donnerai la cuillère à la fin
Je leur apprendrais ta technique pour mettre le drap dans la couette
Celle qui se termine par un câlin
Les mots sur le frigo avant de partir "courage mon fils pour les mathématiques"
Têtue et pudique dans la famille c'est plus simple de dire je t'aime sur des post-it

Ton parfum mélangé à l'odeur de la cigarette
Tous les premiers janvier tu me dis, mon fils, promis j'arrête

Regarde, les années défilent
Toi, t'as quasiment pas pris une ride, maman
Fais ta valise, demain j't'emmène voir les pyramides
Même si on avance et que les temps changent
J'suis son portrait craché
Et quand je l'entends parler de son enfance
J'me sens pourri gâté
Je l'ai, je lui dois tout
Mais ça reste entre nous
Y en a pas deux comme elle, non
Une c'est déjà beaucoup, maman

Pourquoi tu t'inquiètes encore?
Dis-moi pourquoi tu t'inquiètes encore
Pourquoi tu t'inquiètes encore?
J'ai grandi maman, j'ai grandi maman

Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et moi aussi maman
Moi aussi maman
Et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et quand elle crie, j'dois comprendre je t'aime
J'dois comprendre je t'aime et moi aussi maman
Moi aussi maman

La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans
La tienne, la mienne, les mêmes mamans

Quand j'éternue elle croit que j'ai le cancer maman
Elle est au premier rang à tous mes concerts maman
Elle dit si j'pars un jour, comment tu vas faire? Maman
Et rase un peu ta barbe, on dirait ton père
Vamos, hijos!

La Seule

length: 5:40
Tous les soirs j'attends qu'elle m'appelle
Plein de rêves mais je dors à peine
J'suis en paix pendant la bataille

C'est vrai depuis j'ai pris de l'âge mais j'ai gardé le talent
Les enfants, je laisserais des punchlines sur mon testament
Et j'entends l'appel d'une vie simple, du soleil et des potes
Mais je veux marquer mon époque, qu'on parle jamais de moi comme le mec d'avant
J'veux chanter mes chansons le soir devant des milliers de fans
En extase dans le plus grand stade de ma ville
Voir tous mes potes en costard derrière moi
Dire oui jusqu'à ce que la mort nous sépare devant la femme de ma vie
Mais des fois j'ai le cafard je reste planqué dans l'appart'
Attendant que mon désespoir s'barre et disparaisse
Moi j'crois pas trop au hasard j'ai l'impression d'être à part
Mais un soir j'ai entendu mon voisin dire pareil
Indécis, un rien peut me faire basculer, j'te le rappelle
Je déclenche un incendie avec le calumet de la paix
J'ai vite compris que la musique pouvait soigner mes peines
Depuis j'ai calé mon cœur sur le tempo du BPM
Alors ça fait quoi d'être artiste?
Hein? Entre groupies et détracteurs
En gros pendant le feu d'artifice
Moi je regarde les yeux des spectateurs
Je voudrais être un mec bien
Tous les jours j'essaie de faire des efforts, ils connaissent mes refrains
Dire qu'à l'époque on me fermait les portes
Je les ai doublé car mes couplets souples coupent le souffle
Écoute-les tous, j'étouffe les fous, je viens de Toulouse mais je garde le Nord
Monte le son, bouge la tête
Je sais qu'au fond tu doutes même si t'en as pas l'air
Yo j'ai dit monte le son, ouvre la fenêtre
Oublie tout avec Naaman et Kacem Wapalek

Tous les soirs j'attends qu'elle m'appelle
Plein de rêves mais je dors à peine
J'suis en paix pendant la bataille
Mon amour, la musique t'es la seule qui m'aille
Toi et moi, c'est fou comme on s'aime
Et quand tu pleures, t'es belle quand même
Elle et moi, on n'est plus qu'un détail
T'es la seule qui m'aille

Le môme qui sème en ce moment ces mots
Qui sonnent se nomme Kacem et c'est moi
Voici comment j'ai commencé
Pour que ces mots s'immiscent entre silence et ciment
Débuts timides en bas de mon bâtiment
Entouré de bitume et de béton, mec
On s'y habitue mal et c'est l’accoutumance
Un bon tamien, c'est là que tout commence
Je me suis dit bêtement, "choisis des bons thèmes"
"Et des mots d'une beauté monstre, et débite à mort"
Si le rap est un meurtre, Kacem, un tueur en série
Sur un son assassin, et ça sent la sueur en ces rimes
Ça remue, mec, on taffe
Et c'est tellement frais que l'auditeur s'enrhume
Mais le son remue donc il s'en remet
Et, s'il se le remet, c'est que c'est son remède
Moi, j’ai mille idées, j’aime les dire en semant le doute, c’est maladif
Et ces mille idées s’emmêlent dans ces mélodies quand ces mots les disent
En somme, il est dingue, Kacem a le don, te fait mal aux dents, ta femme l’adore
J’assume le titre et sème des tubes assez militants sans similitude
De semaines au taf en somme d’études assimilées tôt, le son met des tartes
Et ces mots nous touchent, suis mes notes et, en cinq minutes, on t’emmène au top
À ceux menottés, au passé monotone, sans jamais de thune, assez milité
En somme, il est temps d'semer l’État, ma communauté connaît mon taf
Et comment ne pas vous communiquer quel est mon état? Ma douleur
Est comme une épée qui me nique et qui me crève le cœur
Mais comment ne pas vous communiquer quel est mon état? Ma douleur
Est comme une épée qui me nique et qui me crève le cœur

Tous les soirs j'attends qu'elle m'appelle
Plein de rêves mais je dors à peine
J'suis en paix pendant la bataille
Mon amour, la musique t'es la seule qui m'aille
Toi et moi, c'est fou comme on s'aime
Et quand tu pleures, t'es belle quand même
Elle et moi, on n'est plus qu'un détail
T'es la seule qui m'aille

On m'avait dit "tu seras une star"
Hey, mate où j'en suis quinze ans plus tard
Hey, pourtant j'suis souvent dans le noir
Hey, à la recherche d'un peu de clar-té
J'escroque les escrocs, mon rap c'est d'l'art
Mes albums, c'est des expos, ex-pauvre
J'ai peur d'me perdre depuis qu'j'encaisse trop
Tout a changé depuis qu'j'vois plus le prix des plats au resto
Du mal à m'fondre dans la masse
Comme si j'étais un ex-tau-lard
Ils pensent que j'ai des femmes, pensent que j'ai des liasses
Pensent que j'ai des armes comme si j'étais Esco-bar
Aller un voir un 'psy, j'crois que ça m'aiderait
Parce que le pire, c'est que tout ça c'est à moitié vrai
On s'bat pour des couleurs, du respect et de la thune
Mais on ne voit que du bleu (vu de la lune)
Des fois j'm'active et j'gratte des rimes
Pas terribles, pathétiques, pas d'phrases et athlétique
Malgré ça j'perds jamais l'appé***
J'décolle et j'atterris sur mon beau satellite
Une barrière ça s'évite, une carrière ça périme mais à ton passé vite

Comme j'ai beaucoup rappé, des fois j'me mets à chanter
On a pris d'la graine, donc on est pas près de s'planter
Je bosse toute la semaine, pour trouver des thèmes
Bigflo et Oli, Naâman et Kacem, enchanté

Tous les soirs j'attends qu'elle m'appelle
Plein de rêves mais je dors à peine
J'suis en paix pendant la bataille
Mon amour, la musique t'es la seule qui m'aille
Toi et moi, c'est fou comme on s'aime
Et quand tu pleures, t'es belle quand même
Elle et moi, on n'est plus qu'un détail
T'es la seule qui m'aille, la seule qui m'aille (t'es la seule)
La seule qui m'aille
La seule qui m'aille (t'es la seule)
La seule qui m'aille (t'es la seule, t'es la seule)
T'es la seule qui m'aille
La seule qui m'aille (the only one for me)
La seule qui m'aille
La seule qui m'aille (t'es la seule, t'es la seule)

Florian

length: 6:51
Na na na na, yeah, ok

Je m'appelle Florian, mais tout le monde m'appelle Bigflo
T'as vu c'est drôle comme nom d'artiste, vu mon physique ça sonne faux
J'suis né à Toulouse, j'y ai grandi la tête plein d'rêves
Depuis je ressens un vide quand je suis loin d'elle
J'ai toujours été le plus petit, le plus maigre, le plus fragile, le plus faible
Tout l'monde me surnommait "le fil de fer"
"L'asticot", "le squelette", "le morveux"...
Le genre de p'*** qui à la piscine baissait les yeux
J'ai tout fait plus tard que les autres
Ma croissance en désordre
Mais était-ce de ma faute que j'grandisse de la sorte ?
J'te parle de là où tout a commencé
On choisit pas son corps mais ce qu'on en fait
Je m'en suis sorti par l'humour, l'intelligence en contre-poids
Transforme tes défauts en blagues et les gens riront avec toi
Plutôt qu'de toi, avoue qu'c'est mieux non ?
Le second degré ? La première des protections
Petit Flo grandira et il comprendra qu'une tête remplie est plus utile qu'avoir de gros bras
L'homme idéal j'en étais pas l'archétype
L'histoire commence mal, mais attends la suite

Ok, attends la suite
Petit rachitique au visage atypique
Ok, les filles ? Ah, ok

J'avais peur des filles en leur présence comme tétanisé
J'attendais la princesse qui voudrait bien me dégivrer
Elle paraissait si étrange, elle parlait une langue que mon manque de confiance m'empêchait de déchiffrer
A des moments j'pensais sincèrement qu'aucune ne voudrait de moi
Mes yeux marrons, mes cheveux noirs, le prince charmant ne me ressemblait pas
J'pensais pas y arriver, je fantasmais sur mes amis
Pardon les filles mais dans ce son j'dis que la vérité

Ok, Marion, Audrey... Désolé
Ok... L'argent ? (Ok)

On avait pas d'argent, petite famille modeste
Papa était chanteur, maman faisait le reste
J'avoue j'en ai souffert même si le temps l'efface
J'enviais les chaussures de mes camarades de classe
J'en ai gardé des valeurs, de vraies valeurs, qui deviendront de vrais remparts
J'me rappelle de papa l'air inquiet au Carrefour appelant maman pour l'achat d'une doudoune à 40 balles
J'avais rien dans les poches et que dalle toute la journée
Merci à tous les potes pour les kebabs que j'ai pas remboursés
J'rêvais des caisses que Booba mettait dans ses clips
L'histoire commence mal, mais attends la suite...

Ok, attends la suite parce que ça a bien changé depuis... (Ok)
Mon frère ? (Hey)

Dans ma tête j'ai mis une graine, je l'ai plantée avec mon frère
Un arrosoir rempli de mots, rempli d'espoir, rempli de rêves
Je savais que cette graine pousserait avec le temps
Du coup grâce à elle je me sentais deux fois plus grand
En fait mon frère c'est mon sang
C'est ma sève, c'est mon casque, mon bouclier, c'est mon clan, c'est mon glaive
J'ai pas besoin de manager, de copine, de connaissances, de grand père, de maison de disques...
J'ai mon frère, mon frère

Ok, Oli tu sais déjà (ok)
Le rap ? Ah, ok

J'étais fan de rap, avant que ça devienne la mode
Quand mes potes écoutaient du rock et faisaient du skate à l'école
J'copiais les textes, j'bougeais la tête, j'rêvais d'être sur scène
J'écoutais Diam's, Joey Starr, j'écoutais Kool Shen
J'écoutais Yousoupha, Sinik, Sefyu, IAM, Booba, Sopra, Mc Solaar, et bien sûr Orelsan
J'voulais être comme eux, je les voyais comme des demi-dieux
J'me rêvais sur scène comme Eminem sur la pochette de 2002
Être de Toulouse ne nous a pas aidés
Personne n'avait percé dans le rap à part Don Cho' et KDD
Mais on y croyait, on était poussés par une force
Une pincée de tuiles de Nougaro qui nous gonflait le torse

Ok, Toulouse... Toulouse, Toulouse
Aujourd'hui ?
Aujourd'hui il y'a beaucoup de choses qui ont changé
Faut qu'j't'explique
Hum hum, comment te dire ? (Ok)

Les années sont passées et ont effacé mes blessures
Le succès prend ma confiance dans ses bras et la rassure
La petite graine a poussé, elle est sortie des orties
Les cicatrices c'est pour se rappeler qu'on s'en est sorti

Qu'on s'en est sortis... (Ok)
L'argent ? Oula, ok

Et je suis plus effrayé
Aujourd'hui on me paye pour mettre les chaussures que je pouvais pas me payer
Je fais profiter les amis, pour ne pas regretter
J'ai acheté une Rolex pour consoler l'enfant que j'étais
L'argent ça soulage, ça règle les problèmes
Mais ça ne remplacera jamais le regard des gens qui t'aiment
J'ai appris à me détendre, appris à me soigner
L'argent c'est bien d'en prendre, mais c'est beau d'en donner

Ok, c'est beau d'en donner
On va essayer de faire plus encore
J'ai dit, on va essayer, ok

J'ai trouvé l'amour il a duré 4 ans merci, tu sais tu m'as construit
En tant qu'homme, je pense à toi souvent
J'ai dû prendre mon envol
Je suis tellement désolé de ne pas avoir pu vaincre le temps
Tellement désolé.... Ok
Aujourd'hui les filles me trouvent séduisant
Je suis devenu cygne à la fin des concerts
Elles veulent des beaux gosses costauds quand elles ont 18 ans
Mais à 25, elles veulent des hommes de caractère
C'est la vengeance du ringard, l'attaque des différents
Pour réussi par besoin d'être irrespectueux ou méchant
Si tu m'écoutes je veux qu'tu saches que tu peux le faire
Qu'une seule seconde de vie vaut plus qu'une éternité de néant

Ok, ça vaut bien plus ouais
Accroche-toi, yeah
Moi je vais m'reposer maintenant, ouais

Il faut que je prenne des vacances, que j'arrête de bosser
A fond sur l'autoroute, j'suis attiré par l'fossé
Et désolé si parfois je me renferme comme une huître
J'ai souvent l'impression de voir le monde à travers une vitre
J'ai encore des démons à vaincre, des buts à atteindre et des craintes
Mais j'vais pas me plaindre, j'suis pas prêt de m'éteindre
Et on trinque, si tu veux me rejoindre dans le labyrinthe
Allez viens oublie les contraintes, celles qui t'éreintent
Mon empreinte, gravée dans l'enceinte, sa parole est simple
Pour les siens, plus rien ne m'retient, j'suis un tout terrain
Parle vrai, tu te doutais bien, mon ambition grimpe
J'veux l'atteindre, jusqu'à voir ma putain d'gueule sur un timbre
Ma putain de gueule sur un timbre
Pourtant, on m'lèche déjà l'derrière (ha ha ha ha)

J'suis heureux, j'ai bronzé sur un atoll
Plus nerveux sur ce qui viendra après
Tout va mieux, papa a vaincu l'alcool
Tout va mieux, maman a fait la paix
T'as vu la suite ? Merci la bonne étoile
Pourtant, t'as bien compris que ça commençait mal
J'attends plus la vague, j'attends le calme
Petit prince est devenu le roi de son château de sable

Ferme les yeux

length: 5:05
Yeah yeah yeah, yeah yeah yeah

Enfants militaire qui partent en guerre
Steak haché empilé dans le frigidaire
Petite ville, grand cimetière
Dis-moi combien de morts depuis la nuit dernière
La planète se réchauffe, crème solaire
Amazonie, bientôt plus d'air
Froid en été, chaud en hiver
L'usine vomit dans la rivière
Travail, esclave reste tranquille
Villa avec vue sur bidonville
Continue comme ça, pourvu que ça dure
On se comprend pas, on construit un mur
Enfant qui court sur la plaine, une mine anti-personnelle
Dors dans le métro sur la bouche d'air
Fruit sans défaut au goût amer
La maison du voisin se met à brûler, ferme les volets, allume la télé
Torture, guerre au Darfour, tortue mange un sac Carrefour

Arrête de nous prendre la tête
Tu vois pas qu'on fait la fête?
Ah tu vas pas changer le monde
Non tu vas pas changer le monde
Fais comme nous, ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Fais comme nous, ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux

Beaucoup de choses changent avec le temps, ringardise les traditions
L'afrique a ouvert un restaurant, quand est-ce que l'Europe paie l'addition?
Des plages en plastique, les Kalash à l'école
Des états qui trafiquent, des oiseaux en pétrole
Une famille cachée dans un container
Vieux clandestin, nouvelles frontières
Ticket resto, frigo vide, on serre la ceinture d'explosif
Grenades maladroites, yeux qui se ferment
Des passants feintent, gauche droite extrême
Un agriculteur attend que ça pleuve
Tu comprends pas le cours? Apprends le par cœur
Koala cherche eucalyptus, publicité le matin à l'arrêt de bus
Remplis le caddie vide la poubelle, remplis la poubelle vide le caddie
Famille qui se déchire testament, mal au crâne ordonnance médicament
La vie est belle, croisons les doigts, bientôt Noël, gavons les oies
Autocollant anti-aéroport, trop jeune pour rencontrer la mort

Arrête de nous prendre la tête
Tu vois pas qu'on fait la fête?
Ah tu vas pas changer le monde
Non tu vas pas changer le monde
Fais comme nous, ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Fais comme nous, ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux
Ferme les yeux, ferme les yeux

Doping face à Hulot lorsque les abeilles se meurent
Ton miel dans le frigo n'est plus de toute fraîcheur
Demande à Monstanto, devrait bondir Bayer
Comme le monde va être beau face à nos douces frayeurs
Alors offrant tous des stylos, inversons la vapeur
Bigflo, Oli, Tryo, si on plantait des fleurs
Peur des géants mais pas des mots
Ça déconne dans le scénario, l'avenir de l'homme on le voit en bio
Maudit résonne dans le chaos donc

Ferme les yeux, ferme les yeux (arrête de nous prendre la tête)
Ferme les yeux, ferme les yeux (tu vois pas qu'on fait la fête?)
Ferme les yeux, ferme les yeux (tu vas pas changer le monde)
Ferme les yeux, ferme les yeux (ferme les yeux)
Fais comme nous, ferme les yeux, ferme les yeux
(Fermez-les, fermez-les, fermez les yeux)
Ferme les yeux, ferme les yeux (ferme les yeux, ferme les yeux)
Ferme les yeux, ferme les yeux
(Fermez-les, fermez-les, fermez les yeux)
Ferme les yeux, ferme les yeux (fermez-les, changez le monde)

Rendez-vous là-haut

length: 3:32
Ils sont venus me voir pour me dire "elle s'est endormie"
Les yeux dans le vague, au début je n’ai pas compris
La tête dans le brouillard et le cœur qui ralentit
Et depuis, tous les soirs il manque une étoile dans ma nuit

J'ai des cicatrices encore, mais je ne suis pas triste je le promets
Si c'est la vie alors, le soir je t’appelle par la fenêtre
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut

Comme un con je te parle, quand je tombe sur une de tes photos
Je n'ai pas réussi à supprimer ton numéro
Au milieu des nuages j'imagine ton regard
Cette fois ne m'en veux pas si j'arrive en retard

J'ai des cicatrices encore, mais je ne suis pas triste je le promets
Si c'est la vie alors, le soir je t'appelle par la fenêtre
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut

Est-ce que tu m’attendras quand j’arriverai là-haut?
Tu me tendras les bras pour danser un tango
Est-ce que tu m'attendras quand j’arriverai là-haut?
Tu me tendras les bras pour danser un tango

Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut
Rendez-vous là-haut, rendez-vous là-haut

Mes amis me répètent que la vie doit continuer
Ma montre me rappelle qu'un jour je te rejoindrai
En attendant je fais la fête et je me mets à chanter
Rendez-vous là-haut
Comme si tu l'entendais

Sur la lune

length: 3:55
Un jour, j'irais sur la lune, un jour, j'irais
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

Un jour, je serais vieux
J'aurais, enfin trouvé ma place
Parce que j'ai beau courir je ne rattrape pas le temps qui passe
Un jour, je serais père, j'aurais un fils à élever
Et je lui apprendrai que chaque erreur est un essai
Un jour je serais fort
J'aurai plus de fourmis dans les jambes
Quand le monde est immobile
Pourquoi c'est moi qui tremble?
Un jour, je serais mieux, je sais, je le serai un jour
Tu peux pas quitter la Terre
Tu peux juste en faire le tour

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

Un jour, je serai fou
J'aurai fait le tour de la Terre
J'aurai rayé chaque ligne de la grande liste de mes rêves
Un jour, je serai moi
J'aurai assumé toutes mes fautes
Je sais j'suis différent donc au final j'suis comme les autres
Un jour, je serai sage
J'aurai fini de faire le con
J'irai voir mes ennemis pour tous leur demander pardon
Un jour, je serai mort
J'aurai fait le tour de mon âge
Une plaque avec mon nom
Une place dans les nuages

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

Un jour, je serai moi-même
J'aurai trouvé le sourire
J'aurai réglé mes problèmes
J'en ai marre de courir, marre de courir
Un jour, je serai moi-même
J'aurai trouvé le sourire
J'aurai réglé mes problèmes
J'en ai marre de courir, marre de courir

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible
Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

C’est que du rap

length: 6:18
Allô les rappeurs, ça faisait longtemps
On a fait chanter toute la France comme une chorale
En attendant des imposteurs ont fait de l'argent
T'en avais presque oublié ce qu'était le bon rap
Un feat Black M et Sopra ça n'a pas d'prix
On kick un truc sans thème sur une bonne batterie
Venez on rappe, venez on gratte un freestyle un peu sale
Avec la même dalle qu'à l'époque où on faisait vos premières party
Tu bouges la tête en skred fais pas le mytho (non)
C'est les Toulousains, le Marseillais et le Parigot
Nous, on rappe pour les grands et les p'****
Dans cinq ans j'rachète toutes les usines Haribo
Petit si t'as peur fais attention sois délicat
J'rêvais d'être rappeur j'copiais la Sexion et les Psy 4
Dans les petites salles en équipage on faisait des freestyles jusqu'à minuit
J'ai pas tué 2Pac j'étais pas né gros c'est mon alibi
Que de la caisse claire j'étais sûr que t'aimerais
C'est l'retour des experts qu'ont percé sans faire exprès
Laisse faire, ta carrière a l'air épuisante
Dix ans que j'rappe mais j'ai encore la chance du débutant
C'est bizarre, plus j'les aime plus ils m'détestent
J'ai la rage, j'écris ça comme si c'était mon premier texte
Il m'dégoûtent, premier j'soulève la coupe Stanley
Ils ont pas inventé la poudre eux ils s'la foutent dans l'nez
V'là les feats de l'année, une équipe bien carrée
Des platines, des principes, des gros hits de taré
Technique, comme une frappe bien cadrée
Dans les arrêts d'jeu, tu peux pas comparer qui peut rapper mieux
C'est difficile mais si tu taffes, tu pourras faire pareil
Sur le tapis d'Aladdin, j'me suis envolé
On a fait ça à la bien, on est désolés
Ils étaient moqueurs, on était confiants
Allô les rappeurs, ça faisait longtemps, Oli

J'ai pas d'chef j'suis pas esclave donnez-moi mon ESTA
Faut que j'm'attaque aux States, baby como esta?
J'suis devenu une reus-ta, petit jaloux qu'est-c't'as?
Diallo flow DSK renoi ne me teste pas
J'suis sé-po dans l'espace, Marine pourvu qu'elle s'casse
J'suis un éternel hashtag, ma rime se propage grave
Toi t'es nul c'est pas grave, si tu peux attrape-moi
J'fais le que-tru tac-tac, j'décale dans mon 4X4
GLE tout noir, HLM les bâtards 400 ans d'esclavage
L'erreur est humaine mais celle-ci mérite une patate
J'ai jamais lâché l'rap qui veut faire un one-one
Akhi le temps passe mais fais pas genre tu te rappelles pas d'oim
Petit toutou wouaf wouaf, j'envoie le flow baffe d'ours
Demande à JR, j'suis pas né hier
J'fais semblant d'être mort quand l'ennemi tente le coup de grâce
Ra-ta-ta-ta-ta, c'couplet c'est la kata
Ils sont en panique, j'suis en mode hakuna matata
Sorry je ne fais pas d'trap, kicker ça fait pas d'mal
Bigflo Oli passe-passe, allez-leur dire que je ne suis pas de passage
Allez-leur dire que prochain album j'attaque, Phoenix comme Sopra
Fais péter les contrats, l'histoire du Black
Dans dix ans c'est ce qu'on racontera

Ils veulent savoir combien j'gagne, c'est que du rap!
Si ça marche avec les femmes, c'est que du rap!
Ils veulent qu'on s'donne en spectacle, c'est que du rap!
Mais dis-moi de quoi tu m'parles? C'est que du rap!
Oli Bigflo (Bigflo), Big Black (Big Black)
Soprano (Soprano), c'est que du rap, c'est que du rap!
Je ne comprends pas pourquoi tu parles, c'est que du rap!
Ça fait longtemps qu'on attendait ça, c'est que du rap!

Pa-pa-pa-pa-pa-paraît qu'tu veux du rap
Donc avec le Black et Sopra on distribue des claques
Celle-là tu pourras pas la backer étoile sur la plaque
Tu vas tellement transpirer flipper que tu vas faire une flaque
C'est pour les kickeurs, tous les kiffeurs (de rimes)
Donc cache-le à ta petite sœur (tu piges?)
On n'a pas peur quoi qu'ils en disent
On a la mainmise sur le secteur (du disque)
À nous quatre on a fait péter toutes les stats
À nous quatre on pèse plus que Sony ou Universal
À nous quatre on fait 50% du chiffre d'affaire de Fnac
À nous quatre on a de quoi remplir une centaine de stades
Alors, dis-moi pourquoi tu parles?
(T'as pas compris on écoute pas quand tu parles)
C'est pas d'ta faute mon pote le prends pas mal
On n'a pas le temps on est en studio ou en festival
Ah, j'ai beaucoup trop d'flow
Sur le beat tranquille j'me balade
Regarde j'peux me décaler doucement puis revenir
Comme quand j'm'incruste chez ta copine comme quand t'es pas là
C'est pas de ma faute si quand je rappe ça l'excite
On m'recherche comme si j'étais le dernier tacos au Mexique
Calmez-vous, bande d'animaux
On dirait des diabétiques devant des paquets d'Haribo
Tu comprends que j'ai le sourire tous les matins
Chérie j't'emmène en ville, enfile tes escarpins
De la cervelle de rappeur dans des ramequins
Si l'argent rend beau, maintenant j'suis mannequin
Alors, dis-moi pourquoi tu parles
(T'as pas compris on n'écoute pas quand tu parles)
C'est pas de ta faute mon pote je te le dis encore
On est tous platine parle-nous quand tu seras disque d'or
Au moins disque d'or, au moins, avant

J'ai promis d'être vrai, pas promis d'être pauvre
Promis d'être vrai, pas promis d'être toi
20 ans sur le toit, accepte mes étoiles
Ne fais pas ton Thibaut Courtois (champion!)
Sors-toi les doigts du derch t'es has-been
Comme le dab ou le jerk, la tecktonik
Ou le ice bucket tu penses peut-être me dead du game
Mais guette mon lance-roquettes sur ta p'tite tête de zgeg
T'as l'âge d'un rase-moquette ta street cred sort d'une éprouvette
J'vais être honnête comme dirait le grand Solaar, "T'es obsolète
T'es pas carré connard, t'as juste des épaulettes"
J'ai l'flow Balboa le smack d'un boa
J'ai trop de liquide t'as soif tiens bois
Ta carrière ne décolle pas
La mienne est tracée à la règle, la tienne au compas
Yeah, je n'ai pas de limites
Tu peux m'entendre rapper, chanter, lâcher des tas de gimmicks
J'enchaîne les hits depuis que t'as la tétine
Piétine les stats avec du mérite
En restant moi-même au milieu de ce milieu de comique
Yeah, c'est la folie, trop d'impolis
J'manie le flow comme un brolique solide
Au milieu de ces brebis Dolly, j'suis dans la vraie vie comme Bigflo Oli
Alpha l'instru est démolie
J'rallie l'ancienne et la nouvelle génération
J'suis trop chaud tu vas choper une sale insolation
Ouais, il vaut mieux qu'j'arrête
No mais, non mais c'est bien les gars!

Ils veulent savoir combien j'gagne, c'est que du rap!
Si ça marche avec les femmes, c'est que du rap!
Ils veulent qu'on s'donne en spectacle, c'est que du rap!
Mais dis-moi de quoi tu m'parles? C'est que du rap!
Oli Bigflo (Bigflo), Big Black (Big Black)
Soprano (Soprano), c'est que du rap, c'est que du rap!
Je ne comprends pas pourquoi tu parles, c'est que du rap!
Ça fait longtemps qu'on attendait ça, c'est que du rap!

La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la
La la la la la la la La la la la la la la La la la la la la la

Château de sable

length: 4:33
Elle avait tout pour plaire
Elle est tombée sous le charme
Il est reparti comme la mer
Elle s'est écroulée comme un château de sable

Elle avait tout pour plaire
C’était la plus belle des sirènes
Elle a rencontré ce pirate un soir
Quelque part, dans les remparts de la Rochelle
Joli marin, elle avait les yeux rivés sur l'ancre
Tatouée sur son bras
Quelques bières, des promesses
Et voilà déjà la belle qui se jette dans ses draps
Il était très fort, elle était en détresse
Il connaissait le grand Nord, elle traversait le désert
En échange de ses faiblesses, il lui a promis un trésor
Il lui a dit, tu es ma perle, tu es mon âme"
Il lui a dit, "tu es mon sel, tu es mon sable
Et quand je n'avance plus, tu es ma voie
Et si je suis perdu, tu es mon phare"
Pauvre sirène d’eau douce, elle a cru ce pirate de rivière
Elle a bu ses paroles d'eau de mer
Il lui a offert un bouquet d'anémones venimeuses
Il ne voulait plus jouer le rôle de l'homme merveilleux
Il a gravé "je t'aime" sur un galet
Juste avant de s'en aller
Il l'a laissée en larmes sur la plage
Et depuis la voilà qui attend le raz-de-marée

Elle avait tout pour plaire
Elle est tombée sous le charme
Il est reparti comme la mer
Elle s'est écroulée comme un château de sable
Elle avait tout pour plaire
Elle est tombée sous le charme
Il est reparti comme la mer
Elle s’est écroulée comme un château de sable
Château de sable, château de sable
Elle s’est écroulée comme un château de sable
Château de sable, château de sable
Elle s'est écroulée comme un château de sable

Faut la voir, qui pagaie toute seule
Elle se méfie même de son équipage
Et le soir, quand vient l’orage
Elle se referme sur elle comme un coquillage
Elle ferait tout pour l'entendre encore
Non plus personne ne l'attend au port
Elle était reine un jour, la voilà en galère
Elle a la haine d'amour, c’est pire qu'un mal de mer
Elle fonce à travers la brume, échappe à sa tristesse
Une naufragère de plus, des épaves par dizaines
Bercée par le bruit du vent, le temps et la vitesse
Il paraît trop grand, son bateau sans capitaine
Et souvent le soir, elle en perd la raison
Les étoiles n'entendent pas ses vœux
Elle a tellement fixé l'horizon
Que ses yeux sont devenus bleus
Elle se revoit écrire leurs noms dans le sable
Prédiction d'une histoire éphémère
Et le soir quand vient la marée-basse
Elle se retrouve face à un tas de bouteilles à la mer
Et elle copie son prénom dans son journal de bord
Elle aurait tout fait pour éviter qu'il parte
Elle a encore espoir de trouver son trésor
Mais en partant, il a déchiré la carte
Jolie sirène, qu'un pirate a maudit
Recherche un corsaire pour voyager
Mais ce qu'elle ne nous avait jamais dit
C'est qu'elle ne sait pas nager

Elle avait tout pour plaire
Elle est tombée sous le charme
Il est reparti comme la mer
Elle s'est écroulée comme un château de sable
Elle avait tout pour plaire
Elle est tombée sous le charme
Il est reparti comme la mer
Elle s'est écroulée comme un château de sable
Château de sable, château de sable
Elle s'est écroulée comme un château de sable
Château de sable, château de sable
Elle s'est écroulée comme un château de sable

La mer est grande, et elle l'emportera
Avec le temps, ma belle ne t'en fais pas
La mer est grande, et elle l'emportera
Avec le temps, ma belle ne t'en fais pas
La mer est grande, et elle l'emportera
Avec le temps, ma belle ne t'en fais pas

Il est où ton frère ?

length: 5:35
Hé salut Oli t'es là? Je sais j’écris tard
Mais je sais aussi que pour toi tard ça existe pas
Y a ma copine qui dort à côté de moi
J'suis dans le noir je me suis réveillé en sursaut j’ai fait un cauchemar
Je sais qu'on est en vacances et qu'on évite d'évoquer tout ça
Mais fallait que je me vide, fallait que je te parle
Donc j'ai fait un cauchemar je sais ça a l'air bête mais
Mais ce soir j'ai peur que tout s'arrête
J’ai peur que tout s’arrête frère, c'est dur à avouer
Qu’on retourne à la galère avec nos baskets trouées
Quand nos statistiques n'étaient pas très bonnes
Tu t'rappelles les concerts devant 4 personnes
Et je te vois grandir c'est un peu inquiétant
Mais sache que dans ma tête t’auras toujours 7 ans
Au fond ça me fait peur et j'ai dû mal à l'admettre
Y a pas si longtemps tu râlais pour me piquer la manette
C'est fou comme le temps passe vite, j'ai du mal
On faisait du vélo sur les bords du canal
Je t'ai tout appris jusqu'à faire tes lacets
Ça plaît pas à ma copine elle dit que je te vois assez
On a fait les 400 coups, on écoutait les mêmes morceaux en boucle
Et c'est vrai que parfois on faisait des crasses en douce
On traînait aux alentours et les potes ne sortaient pas sans nous
On faisait des vœux à deux sous la Grande Ourse
Non on aimait pas les cours, on accompagnait papa faire les courses
On faisait des batailles de coussins et de pantoufles
Toujours collés comme des ventouses
Et j'ai croisé ce type qui m'a dit, "le troisième album on l'attend tous"
Heureusement que t'es là quand je suis flemmard que je veux pas sortir du plumard
Que mon désespoir m'entraîne au plus bas
C'est toi le moteur, c'est toi qui emmène la rage
Si t'es le feu moi j'crois que je suis la glace
C'est bien les vacances mais vivement que je rentre
Ça se dit pas entre frères mais franchement tu me manques
Et j'entends le bruit de la houle qui anime la mer
Il me rappelle celui de la foule quand on fait des concerts
Ici je croise des gens qui me reconnaissent
Ça fait bizarre
Même à l'autre bout de la Terre
Et chaque fois ils me répètent cette même phrase
Ils m'demandent, "il est où ton frère? Il est où ton frère?"

Il est où ton frère? Il est où ton frère?
Il est où ton frère? Hmm, il est où ton frère?

Hé frérot j'espère que tu kiffes tes vacances comme il faut
Impossible de t'oublier ici tout le monde m'appelle Bigflo
Et je profite de la pause, je pense à autre chose
Mais le studio me manque, je suis qu'un accro sans sa dose
Deux semaines avec les potes sur la côte ça faisait des années
On s'organise on fait des plannings qu'on suivra jamais
J'me suis isolé pour t'écrire tout ce qui se passe
Pendant que les autres dorment, hier ils ont pas bu que la tasse
Frérot je te soûle, une overdose d'affection
Faut que je prenne mon envol que j'arrête mes putains de questions
Je le vois que t'en as marre de mes complexes
Et d'porter mes faiblesses quand je te refile mon stress
Mais j'suis le p'*** frère, faudra s'y faire
J'fais des erreurs ouais ma vie est un mystère
On voit plus la famille le temps est compté
Un jour on ira en Argentine pour tout leur raconter
Et parfois je m'inquiète, j'espère que t'es vraiment heureux
Tu nous dis pas grand chose alors je fouille au fond de tes yeux
T'es mon exemple à tes côtés j'apprends encore
Comment tu stockes autant de talent dans un si petit corps?
T'es le grand frère donc si j'y arrive pas tu m'aides et tu me protèges de ceux qui m'en veulent
Mais va pas croire que t'es le meilleur à FIFA
Je fais juste semblant de perdre pour par qu'tu m'engueules
Et si tout s'arrête faudra pas déprimer
Putain qu'est-ce qu'on aura kiffé, on pourra respirer
C'était pas prévu tout ça
C'est toi qui me l'a dit on reprendra notre place dans le calme de la vraie vie
Je nous revois dans le jardin, on avait pas l'âge on rêvait de voyage
On grattait des pages on chantait nos refrains
On était maladroits mais au moins honnêtes
Et le temps passe vite regarde nos gueules sur la pochette
J't'écris mes réflexions
J'ai invité tout le monde au resto maintenant que je peux payer l'addition
Tu m'as dit d'assumer mes défauts, d'embellir mes lacunes
Mais quand j'hésite dans ma vie tu me rappelles qu'on en a qu'une
Ici il y a des français qui m'ont reconnu
Un groupe de potes qui était là à nos concerts
Et c'est drôle parce que dès qu'ils m'ont vu ils ont crié, "il est où ton frère? Il est où ton frère?"

Il est où ton frère? Il est où ton frère?
Il est où ton frère? Hey


Pour tous les frères, pour toutes les sœurs
Pour tous les frères et sœurs
Les demi-frères, les demi-sœurs
Les seuls qui sont là quand t'es seul
Ouais c'est mon frère, mon frérot
Mon frérot c'est mon frère, mon frérot
Mon frérot c'est mon frère, mon frérot
Mon frérot, il est où ton frère?

La Vie de rêve

length: 6:24
Diam's a répondu à mon mail
Elle m'a dit, "le plus dur c'est pas de réussir, c'est de rester soi-même"
Je grandis mais je reste le petit que tout le monde apprécie
À l'aise dans la cour des grands je garde le trac dans la vraie vie
On a fait de la route depuis les RC
Flo me répète, "Oli déstresse, c'est bon t'as percé!"
Mais je vis avec les tripes, à l’affût d'un rival
Ils le savent quand je croise leur regard en festival
Des flashs de fêtes, des souvenirs de rêves dans ma tête
Promis bientôt j'arrête, à 100 ans je prends ma retraite
Mais j'ai dû mal à assumer ma gueule sur les posters
Flippé, car toujours pas vacciné contre la grosse tête
Non, n'ai pas peur de la vitesse, 7 concerts par semaine
J'aime pas trop dormir, car mes rêves sont moins biens que la vie que je mène
Et ça les choque, j'suis ce gosse indomptable
J'rappe à New York, j'ai traversé la carte postale
Dire que je peux pas le faire, c'est presque insultant
Moi j'pourrais partir faire la guerre avec un cure-dent
Qui pourra nous stopper? Même pas le cancer
Même pas un psychopathe qui me kidnappe ou me braque à la fin d'un concert
Moi j'ai qu'le rap, poto donc comprends que ça me concerne
J'passe au dessus des clashs et des gars qui crachent sur moi et mon frère
Je leur ferai pas d'fleur, j'suis plus ce jeune rappeur en herbe
J'lâchais déjà des couplets barges à peine dans le placenta d'ma mère
Et je nous revois, et je nous revois tous dans la maison
Famille moyenne, quartier pavillonnaire
Aujourd'hui ils pensent tous qu'on est devenus millionnaires
Et le pire, c'est qu'ils ont raison
Mais j'arrête pas de penser à la galère des gens proches
J'culpabilise du moindre putain de centime que j'empoche
J'achète pas grand chose, même celles qui me sont utiles
Non c'est pas de l'humilité, je me sens juste pas légitime
J'm'excuse auprès de ma famille, à qui je manque pour être honnête
Auprès de ma copine, quand je suis avec elle sans y être
Auprès des artistes que j'ai enviés, au point de les détester
De l'autre côté de la barrière, j'avais trop peur d'y rester
J'm'excuse auprès de mes amis pour les anniv' que j'ai raté
Pour toutes les fois où on leur parle de moi, pour ces trucs que j'ai pas fait
J'm'excuse auprès de mon frère, que mon mental use
Prends le temps pour toi, descends enfin de la montagne russe
Cette histoire est quasi magique, au point de faire croire que c'est facile
Ils nous voient comme un bug dans la machine, le soutien et l'espoir de toute la ville
Mais devant le miroir, je reste fragile
Des milliers de femmes et de fans que mes textes accompagnent
Et c'est l'amour qui gagne quand on remplit des salle, je sais pas si t'imagines
Je me sens bien, j'crois que je deviens un homme
J'ai fait plein de fois le tour de la France
J'attends encore mon maillot jaune
Paraît que j'suis simple, mais c'est parce que le succès m'effraie
Mon manque de confiance m'empêche de m'dire que c'est moi qui l'aie fait
Maladroit, dans mes poèmes y a des fautes d'orthographes
L'impression d'être un Kardashian depuis que mon père signe des autographes
Notre public, une famille qui se serre les coudes
En cachette, j'imagine, ton sourire quand tu m'écoutes
Au fait, Oli regarde, ouais tout va bien ici
Arrête un peu de pleurer le soir, je te jure qu'on a réussi
Arrête ta fixette sur la mort, tu les as tes disques d'or
Râle pas trop sur les parents, tu comprendras qu'on avait tort
Des erreurs à commettre, des amours à connaître, c'est fou
Je peux pas dire "qui l'aurait cru?"
Car tout le monde croyait en nous
Je t'aime mon frère, pour moi t'es Michael Jackson
Quand est-ce que s'arrête ce rêve?
J'ai peur que le réveil sonne

La vie de rêve, hein?
Alors ça y est, vous y êtes?
Et qu'est-ce que vous allez faire de votre vraie vie?
C'est laquelle votre vraie vie d'ailleurs?
La vraie vie, la vie de rêve
On comprend plus rien
Vous l'avez fait alors, après tout ce temps

On était venu en guerre, et on repart en paix
Merci à tous les anges gardiens qui nous surveillent
J'ai beaucoup de mal à réaliser qu'on l'a fait
Donc, je me pince le bras à chaque fois que je monte sur scène
Papa, partage avec nous la réussite
Maman, m'a vu en costard aux Victoires de la Musique
Je me sens comblé, le temps n'est plus compté
On s'était pas trompés, car les Zéniths étaient complets
J'suis dans l'immobilier, appelle-moi Monsieur
Rolex au poignet, mon temps est précieux
J'ai partagé la thune avec les démunis
J'ai vendu plus d'albums que y a d'habitants dans ma ville
Donc je ne veux plus de clashs, de rage, de jalousie
Y aura un autre album, t'inquiète j'ai pas encore tout dit
J'distribue la lumière, j'écrase toutes mes frayeurs
J'envie plus les autres artistes, je leur souhaite le meilleur
La cuisson fut très lente, aujourd'hui je savoure
J'ai fait beaucoup d'argent, maintenant je veux faire de l'amour
Et que ça dure toujours, au fait Orelsan, c'est sans rancune tout court
On vous avait dit d'être à l'heure, artistique est la chaleur
Dans son entièreté
Les gens écoutent nos sons avec le cœur
Des principes et des valeurs, c'est ma plus grande fierté
Donc y aura pas d'histoire de viol, pas d'histoire de vol
Pas de baston, car le premier qui frappe n'est pas un homme
Pas de potes arnaqués, ou d'associés qu'on abandonne
Pas d'alcool sur le sol, ou de coke dans les loges
Pas d'histoire de triche, sur tous les chiffres de nos disques
Pas d'histoire de fisc, ou de problèmes avec les flics
Je dois être un exemple, j'ai pas peur de jouer mon rôle
Parce qu'y a beaucoup d'enfants qui écoutent du rap dans les écoles
Artistes paumés, managers cokés, comprends qu'avec Oli on préfère se mettre sur le côté
Dans notre ville, son calme et sa beauté
Loin de la capitale, cette bombe qui veut nous sauter
Et le milieu nous regarde de travers
Comme si on venait de débarquer par le chemin de Traverse
J'vais partir dans le sud, refaire ma vie en campagne
J'vous laisserai noyer vos mensonges dans vos coupes de champagne
J'vais m'éloigner un temps, loin de leurs sales histoires
Refaire des apéros avec les potes, le samedi soir
Jouer aux jeux vidéos, toute l'après-midi
M'allonger avec une fille, pour rallonger la nuit
Je retourne à la vraie vie, j'appuie sur pause
Il y a quelques temps j'ai craqué
J'étais pas loin d'me foutre en l'air
Ma boussole était déréglée, j'ai perdu la tête et le Nord
Je perdais connaissance à la fin des concerts
Je supportais plus les photos ou les remarques de mon frère
Quand mon esprit parlait, mon corps, lui, disait le contraire
Alors j'ai ralenti, et puis j'ai compris
J'avais le cœur trop vide, et la tête trop remplie
Maintenant je vais mieux, mais j'ai besoin d'air
Je serai toujours une main tendue si tu as besoin d'aide
Merci encore à notre public, même si je l'ai sûrement trop dit
Vous êtes tous les auteurs du scénario de nos vies
Je n'aurai plus d'ennemis, j'ai détruit le glaive
Mon arbre a bien grandi, il est rempli de sève
Cette histoire est magique, et ne sera pas brève
Donc je pense à l'avenir et ce qu'il me réserve
Je ressens la fatigue, bientôt viendra la trêve
Si je saute dans le vide, Oli est mon trapèze
Voilà un nouveau cycle, quand celui-ci s'achève
De la vraie vie, à la vie de rêve